Étiquettes

, ,

Ce fidèle d’Emmanuel Macron n’a plus remis les pieds au Bureau exécutif de LR-EM depuis le 23 octobre 2019, pour montrer son désaccord avec les choix de la commission nationale d’investiture.

Il a claqué la porte. « Excédé », selon un témoin.

François Patriat, sénateur de la Côte-d’Or a laissé éclater une colère qui couvait depuis plusieurs semaines. Il avait déjà laissé entendre que la gestion des investitures LR-EM à Besançon (Doubs) ou à Auxerre (Yonne) l’agaçait.

Tambouille et encore tambouille et toujours … et Mesdames Messieurs les gouvernants vous voulez que les électeurs croient à votre sincérité, à la valeur de vos dires, à vos respects de vos élucubrations programmatiques … vous rêvez et ne vous étonné pas de tant d’abstentions … MC

Au moment du vote en faveur de Gérard Collomb à la métropole de Lyon (Rhône), il avait été le seul membre du Bureau à s’abstenir. Cette fois, c’est le cas de Chelles, en Seine-et-Marne, qui l’a fait sortir de ses gonds.

En cause : le soutien du parti accordé à Brice Rabaste, maire sortant encarté chez Les Républicains, ancien collaborateur de Jean-François Copé et plébiscité par les élus issus des rangs de la droite, Aurore Bergé et Thierry Solère en tête.

Brice Rabaste, Ex-militant socialiste, le trentenaire avait rejoint Emmanuel Macron dès la création d’En Marche, en avril 2016. Et rempli son dossier de candidature avant l’été. « Il était soutenu par 97 % des Marcheurs locaux », fait valoir l’un d’eux qui, dépité, fait savoir que Ghomi va prendre un peu de champ.

Un nouvel exemple de la frustration des « adhérents historiques » qui ne comprennent pas la ligne du parti pour ces municipales.

Gérant au cas par cas, LR-EM privilégie le maillage du territoire avec le maximum d’élus, quitte à ne pas faire campagne sous son nom quand elle peut s’associer au maire sortant, jugé « compatible » avec la politique du gouvernement.

L’Élysée a tenté de ramener François Patriat à la raison et c’est bien là que le bât blesse. Car, selon l’entourage du sénateur, les contreparties sont « faibles ». A Chelles, c’est « le flou » de cet accord que dénoncent les militants locaux.


Gaëtane Morin. Le Parisien. Titre original : « Candidat LR–EM aux municipales : François Patriat, macroniste à la première heure, claque la porte ». Source (extrait)