Étiquettes

,

Après une première version : Lien puis celle parue dans l’ Huffingtonpost.fr. Lien. Voici ci-dessous, le texte intégral, paru dans le Canard enchaîné du 30/10 2019, signé de Jérôme Canard.

« Des calomnies ! »

Annick Girardin n’a pas mâché ses mots à la lecture de l’article du « Canard » (23/10) relatant les bonnes affaires de son compagnon, Jean-François Vigneau. Gardiennage, Sécurité et Intervention (GSI), la société de ce dernier, a décroché, entre 2013 et 2018, plusieurs gros contrats à Saint-Pierre-et-Miquelon, souvent sans concurrence. En 2013, Girardin était députée de l’archipel. A partir de 2014, elle devenait ministre de Hollande, puis de Macron.

La ministre des Outre-Mer n’a pas contredit nos informations mais a seulement précisé qu’elle n’était « pas actionnaire » de la société GSI de Vigneau et n’avait « aucun lien » avec elle. Une précision déjà fournie au « Canard », tout comme le fait qu’aucun membre de sa « famille » ne possédait de parts de cette boîte.

Détail, celle-ci (créée en 2013) a pour siège social la maison que partagent la ministre et son compagnon à Saint-Pierre-et-Miquelon, et on retrouve parmi ses actionnaires (à 10 %) le conjoint de la fille d’Annick Girardin, père des petits-enfants de la ministre. Rien à voir avec sa « famille » ?

Spécialisé dans le secteur aérien, GSI travaille aussi avec les médias. On avait oublié ce contrat : en décembre 2016, Jean-François Vigneau a aussi remporté l’appel d’offres passé par France Télévisions pour assurer, moyennant 699.184 euros hors taxes, le gardiennage et la sécurité de la télé locale, Saint-Pierre-et-Miquelon la 1ère. Une chance : l’offre de GSI a été la seule reçue… Au total, la somme des marchés publics remportés par son avisé patron dépasse 3,1 millions en six ans…

Transparence très opaque

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a dû, elle aussi, se sentir visée par l’accusation de « calomnies ». Car, dans un premier temps, elle avait indiqué au Palmidède que l’absence de déclaration de Girardin pour les contrats de son compagnon était « légale » mais précisé que la possession d’un bien commun par elle et Vigneau constituait tout de même « une proximité suffisante » pour déclencher un contrôle… Cependant, après la parution de l’article, elle se ravisait, indiquant à l’AFP que, de son point de vue, « il n’y [avait] pas dissimulation, Mme Girardin ayant transmis suffisamment d’éléments ».

Lesquels ? Motus. Ils ont été déposés avant 2017 et, aux termes de la loi, ne sont plus consultables. Dans sa déclaration rédigée le 18 avril 2014, que « Le Canard » a parcourue, figure pourtant un passage concernant son compagnon. Celui-ci est décrit comme un « demandeur d’emploi » ayant déposé un « projet de création d’entreprise (aboutissement juillet 2014) ».

Curieux oubli, car, à cette date, GSI, déjà créé, avait décroché le contrat pour le gardiennage de la station locale Galileo (27/12/13). Montant : 792 702 euros hors taxes. Encore une déclaration sans « dissimulation »…

Autre distraction : dans sa dernière déclaration d’intérêts (juillet 2017), la ministre ne signale pas qu’elle préside une société, CISPM Conseil et Gestion, qu’elle a créée en juin 2016.

Cette entreprise est la filiale d’une coopérative de Saint-Pierre-et-Miquelon chargée de financer des prêts bonifiés pour l’accès au logement. Grâce, notamment, aux subventions de l’Agence française de développement, dont le ministère… des Outre-Mer assure la cotutelles. Sollicité, ce dernier a observé le silence de la mer…

Télé, mon beau miroir…

La 1ere, la chaîne de télé dont le compagnon de Girardin a raflé le marché de la sécurité, emploie aussi la fille de la ministre mais sait rester critique. En 2014, elle a consacré à la secrétaire d’Etat un documentaire tout en nuances : « Le fabuleux destin d’Annick Girardin ».

Deux ans plus tard, d’autres médias ont suivi. France Télé et TV5 Monde ont investi 18 000 euros et produit « Annick Girardin, la pirate de l’espoir ». Ce portrait, hautement distancié lui aussi, a été diffusé… 22 fois sur TV5 depuis 2016.

Un gage d’indépendance ultra-marin et ultra-marrant !


Jérôme Canard. Le Canard enchaîné. 30/10/2019