Étiquettes

, ,

Macron et ses affidés ne doutent de rien, c’est grave et tellement petit cette insolence digne de cour d’école primaire …

Après  les échecs successifs pour le poste de commissaire européen, dont le dernier envers Sylvie Goulard, le choix dans l’ordre « des possibles » n’était pas Thierry Breton mais Michel Barnier.

Sauf que devant l’exigence de passer « carpette » ne saurait convenir a des personnalités ayant des convictions, des principes et surtout le respect de ses engagements antérieurs …

L’entourage du président (certainement autoguidé par le maitre temporaire du palais) avait posé une condition à sa nomination au poste de commissaire : l’ex-ministre devait quitter le PPE, c’est-à-dire le parti européen de centre droit, dont il a été vice-président et dont il est toujours membre via son appartenance aux Républicains.

Un préalable auquel Michel Barnier a répondu par un : « Ce n’est pas à 68 ans que je vais quitter ma famille politique ! Si j’avais voulu la quitter, je l’aurais fait avant ! », confiait, il y a quelques jours

Rompu au fonctionnement de l’UE, européen convaincu, et déjà deux fois commissaires, Michel Barnier cochait toutes les cases et aurait sans la moindre difficulté passé l’épreuve compliquée du Parlement européen. Il a tissé, à Strasbourg, des liens de confiance avec les différents groupes politiques.

Emmanuel Macron n’ignorait pas ces qualités mais les deux hommes ne sont pas proches. C’est d’ailleurs pour cette raison que le chef de l’État, après avoir abondamment cité le nom de Barnier pour la présidence de la Commission européenne, n’a jamais poussé cette option à la table du Conseil européen.

Mardi, Michel Barnier a été reconduit dans ses fonctions à la Commission. C’est lui qui bouclera le Brexit et dirigera la nouvelle task force en charge de la négociation des relations futures avec le Royaume-Uni. « Je reste totalement concentré sur le Brexit et le post-Brexit », nous confiait-il récemment.

Barnier a refusé de quitter sa famille politique


D’après un article signé d’Anne Rovan. Le Figaro. Titre original : « Barnier a refusé de quitter sa famille politique ». Source (Extrait)