Étiquettes

“Nous appelons toutes celles et tous ceux qui veulent en finir avec les violences sexistes et sexuelles et avec les féminicides à marcher le samedi 23 novembre, à Paris.”

Plus de 150 personnalités ont répondu à l’appel de #NousToutes en cosignant votre tribune. Pourquoi avoir lancé cet appel en plus de la marche que vous organisez le 23 novembre ?

Caroline De Haas.[…] Il faut vraiment que l’on soit nombreuses et nombreux, car cette marche aura lieu deux jours avant le discours de clôture du Grenelle des violences conjugales qui sera prononcé par Emmanuel Macron, qui doit également faire des annonces sur les violences sexistes et sexuelles. […]

  • Que cherchez-vous à obtenir grâce à cette marche ?

Notre objectif est de faire en sorte qu’Emmanuel Macron change d’échelle pour les politiques publiques qui concernent les violences. Celles qui sont menées actuellement sont insuffisantes, et le président a choisi de les reproduire quasiment à l’identique en 2020. Or elles n’ont pas fonctionné en 2019, il n’y a donc aucune raison qu’elles fonctionnent l’année prochaine. Nous exigeons un changement dans les politiques de prévention des violences, ainsi que des moyens supplémentaires. Nous pensons qu’il faut mettre 1 milliard de plus sur la table.

  • La secrétaire d’État en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa a lancé le 3 septembre un Grenelle des violences conjugales, qui prendra fin le 25 novembre. Pensez-vous qu’il puisse déboucher sur des propositions concrètes, qui pourraient permettre d’améliorer les dispositifs déjà mis en place pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles ?

Faire des réunions et échanger, c’est très intéressant. Mais si derrière il n’y a ni politique nouvelle, ni moyens supplémentaires, on ne va pas s’en sortir. Nous demandons 1 milliard d’euros supplémentaires afin de mettre en place des politiques publiques ambitieuses, de façon à prévenir les violences. […]

[…]

Depuis le mois de janvier, vous le disiez, on dénombre 124 féminicides. Le nombre de femmes ayant été tuées parce qu’elles sont des femmes en 2019 dépasse donc déjà celui de 2018, alors que l’année n’est pas terminée…

 […]

  • Marlène Schiappa a annoncé début octobre que 361,5 millions d’euros supplémentaires seraient débloqués en 2020 contre les violences sexistes et sexuelles. A quoi correspond ce budget dans le détail ?

J’ai publié une analyse de ces 360 millions sur mon blog Mediapart, où je raconte de quoi ils sont composés. On voit que, par exemple, les psychologues dans les commissariats sont comptés dedans. Marlène Schiappa a dit que le ministère de l’Intérieur avait lancé le recrutement de 73 psychologuesor les psychologues en commissariat existent depuis 2007.

[…]


Adeline Malnis. Les Inrocks. Titre original : «Marche contre les violences faites aux femmes : “Macron fait du surplace”. Source (extrait)