Étiquettes

,

Ce trésor dormait depuis des décennies sous un parking de Narbonne, dans l’anonymat d’une zone commerciale en plein réaménagement.

Jusqu’à ce mois de novembre 2017 où l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) commence ses fouilles et mette au jour, depuis août dernier, l’une des nécropoles romaines les plus exceptionnelles au monde. « C’est une découverte comparable à Pompéi », estime Valérie Bel, la responsable du site.



Sur ces 2 000 m2, les archéologues ont déjà révélé quelque 300 tombes qui datent du Ier et du IIe siècle après Jésus-Christ. Et estiment que le lieu en compte plus d’un millier.

Des monuments presque intacts, ce qui est rarissime, parfaitement conservés grâce au limon produit par les crues du cours d’eau à proximité – le canal de la Robine.

En plus des sépultures, divers objets propres aux rites funéraires hantent les lieux : vases, biberons, fioles, bijoux… Cette découverte va permettre d’en savoir plus sur ces us de l’époque romaine. Comme ces amphores dépassant des sépultures et qui servaient de tube pour permettre aux proches du défunt de lui faire des offrandes.

Un rituel dit de libation : ceux qui restent glissent ainsi des offrandes (fruits, fleurs, vin, parfum ou lait pour les enfants…).

« Il y avait une volonté d’atteindre le corps enterré ou les cendres issues de la crémation », souligne Valérie Bel.

Le chantier doit durer encore treize mois. Après quoi, les pièces sorties de terre seront acheminées vers le nouveau musée Narbo Via, qui doit ouvrir l’année prochaine. Tandis qu’un immeuble d’habitation devrait prendre la place de la nécropole.


Laurent Mouloud – Source


Il est à regretter que ce site ne puisse être classé en l’état, que soit permis la construction d’un immeuble d’habitation sur ce type de vestiges, faisant parti de l’histoire de la France. MC