Étiquettes

Le Ministre de l’intérieur vient d’envoyer l’Inspection générale de l’administration enquêter sur les rouages de la Fondation pour l’école (FDE).

Cet organisme s’est donné pour mission d’aider les écoles hors contrat, parmi lesquelles beaucoup de bahuts cathos, du genre ultra.

Un méchant coup de règle de l’Inspection pourrait, faire mal : la FDE risque de se voir retirer son agrément d’utilité publique ! Ses généreux donateurs ne profiteraient plus, alors, de l’aubaine de la défiscalisation…

La Fondation, qui rassemble plus de 1.500 établissements accueillant quelque 75.000 élèves, est, depuis plusieurs mois, secouée par une série de « dysfonctionnements importants », comme l’a souligné un premier audit de l’Intérieur (« Le Canard », 6/3). Étaient révélées « des irrégularités de gestion » et « des conflits d’intérêts » au sein d’Espérance banlieues, composante de la Fondation.

Le 19 mars, jour béni de la Saint-Joseph, patron de la Fondation, son président, Lionel Devic, un avocat associé au cabinet Delsol, s’inquiétait du « Malin [qui] s’est invité dans la Fondation ». Diable ! Menant sa purge à un train d’enfer, il virait aussitôt la satanique responsable des relations institutionnelles, soupçonnée de vouloir détruire la structure « de l’intérieur » ; bientôt, la directrice de la FDE était limogée à son tour.

Dons du ciel

Militante de la Manif pour tous, l’impudente avait osé prendre conseil auprès du cabinet d’avocats Gide. Elle soupçonnait Eric Doutrebente, l’un des administrateurs, d’avoir transformé la FDE en machine à défiscaliser les dons au bénéfice des écoles cathos (notamment la très pieuse école Saint-Dominique, au Pecq, dont il préside le conseil d’administration). Dans ses conclusions, le cabinet Gide a estimé que « la rationalité économique du mécanisme n’appar[aissait] pas » et que la Fondation prenait « un risque fiscal ».

Le même Doutrebente, patron d’une société financière et qui se présente sur son site comme un « héros national » (sic), a des relations au sein de l’extrême-droitière Radio Courtoisie.

Sa présidente a adressé à son personnel une « note informative » les invitant à faire le silence sur les « graves perturbations » vécues à la FDE. « Cette réserve permettrait de ne pas trop donner à nos adversaires une occasion de se réjouir des dissensions de notre famille d’esprit. »

C’est demandé avec une telle courtoisie…


Article signé des initiales D. H. – Le Canard enchaîné. 25/09/2019