Inquiétude sur la « croissance mondiale » selon l’OCDE.

Les perspectives économiques mondiales s’assombrissent, sur fond de tensions commerciales et géopolitiques.

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a abaissé, jeudi 19 septembre, ses prévisions de croissance mondiale de 0,3 et 0,4 point de PIB pour 2019 et 2020, par rapport à celles de mai.

 […] … l’économie mondiale enregistrerait ses pires performances depuis la crise financière de 2008. Un freinage qui touche à la fois les pays riches et les pays émergents. […]  Alors que volent en éclats les vieux cadres des négociations multilatérales, ceux de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les tensions protectionnistes s’installent dans la durée et ralentissent les échanges commerciaux à un niveau « exceptionnellement faible » selon l’OCDE.

Malgré quelques signes d’apaisement, la guerre commerciale, commencée en 2018, entre la Chine et les États-Unis est loin d’être terminée, et Washington a également menacé Bruxelles de sanctions commerciales si un nouvel accord n’est pas trouvé d’ici à début novembre.

La croissance des échanges mondiaux de biens et de services devrait être quasi nulle au premier trimestre 2019 et pourrait même être négative au deuxième trimestre, à des niveaux très éloignés du pic de 8 % dépassé au dernier trimestre 2016. L’imposition de nouveaux droits de douane pourrait forcer les entreprises à relocaliser leurs centres de production, et à réduire leurs gains de productivité en perturbant les chaînes d’approvisionnement. […]

A cela s’ajoute l’incertitude du Brexit, la hausse du montant de la dette risquée détenue par les entreprises, et les nouvelles tensions sur le marché du pétrole. […] … l’hypothèse d’un Brexit sans accord pourrait faire sombrer le Royaume-Uni dans la récession dès 2020 avec des répercussions sur tout le continent européen.

Ce climat d’incertitude incite les entreprises à différer leurs investissements, lesquels n’ont progressé, selon l’OCDE, que de 1 % au premier semestre 2019, contre 5 % au début de l’année 2018. La production industrielle est la plus touchée, notamment dans les pays riches où elle a diminué au cours du 1er semestre 2019. […]  L’économie française croîtrait, elle, de 1,3 % en 2019 et de 1,2 % en 2020. Si le secteur des services résiste mieux à la conjoncture grâce au dynamisme de la demande intérieure, l’OCDE met toutefois en garde contre une baisse des dépenses des ménages, si le rythme de création d’emplois s’affaiblit dans le secteur manufacturier. […]

Dans certains pays comme les États-Unis, le Japon, la France et l’Italie, où les déficits budgétaires élevés s’ajoutent à des niveaux importants de dette publique, l’OCDE privilégie toutefois « une amélioration de l’efficacité de la politique fiscale » […]


Julien Bouissou. Le Monde. Titre original : « Croissance mondiale : le scénario-choc de l’OCDE ». Source (extrait)


3 réflexions sur “Inquiétude sur la « croissance mondiale » selon l’OCDE.

  1. fanfan la rêveuse 29/09/2019 / 11:17

    Question, peut-on vraiment continuer sur cette lancée ?
    Il y a forcément une limite, une fin à cela. Je me trompe Michel ?

    • Libres jugements 29/09/2019 / 15:00

      Continuer sur cette lancée financière risque d’annoncer bien évidemment un krach boursier mondial.
      Ce type d’événement a toujours déclenché des récessions, des faillites, affectant plus particulièrement les salariés, retraités, PME et cadres de premier échelon.
      il faut bien savoir que la haute finance dont nous ne disposons d’aucune clé, trouvera le moyen de s’enrichir sur un crack boursier, ce n’est donc pas un problème pour cette caste particulière naviguant au-dessus des décisions gouvernementales et faisant la pluie et le beau temps dans la finance internationale.

      Dans ces conditions, il est utopique de penser qu’il y a une limite où une fin en cela, le monde fr la finance et « des plus riches » n’entend pas perdre ses privilèges. Il est même pour cela, prêt à « bénir » des confrontations guerrières et peu leurs importent si c’est la population civile qui trinque. Eux seront toujours à l’abri et vous noterez que même dans ces conditions désastreuses pour le plus grand nombre de terriens, certains se font de l’or sur ce type de malheur.

      Nous en revenons toujours à la même proposition … il faut changer le système de société actuel et le basé sur autre chose que la finance … utopie crierons plein de gens et pourtant ce serait certainement une solution … mais l’humain est vénale.

      Très amicalement
      Michel

      • fanfan la rêveuse 30/09/2019 / 07:59

        « Nous en revenons toujours à la même proposition … il faut changer le système de société actuel et le basé sur autre chose que la finance … »
        Je suis entièrement d’accord avec vous Michel !

Les commentaires sont fermés.