Étiquettes

,

Ce député, a l’instar d’autres membres de la majorité, voit d’un mauvais œil l’arrivée sur la scène électorale d’un parti qui, en se défendant de tout communautarisme, revendique son identité musulmane.

L’Union des démocrates musulmans français (UDMF), emmenée par Nagib Azergui (un ingénieur télécoms de 46 ans d’origine marocaine), a obtenu 0,13 % des suffrages aux européennes, soit 28.448 voix…

Au niveau national, ce n’est peu, mais, dans certains bureaux de vote, ce résultat est loin d’être anecdotique. A Maubeuge, par exemple, la liste cartonne, avec, dans certains quartiers, plus de 20 %.

Homme fort de la circonscription, Gérald Darmanin a alerté les huiles du pays à l’occasion d’un Conseil des ministres post-européennes.

De bonne foi

« C’est très inquiétant, a martelé le ministre de l’Action et des Comptes publics. Aux municipales, ça peut faire mal. Il n’est pas possible de laisser fleurir des candidatures antirépublicaines. Il y a des limites que nous ne pouvons pas laisser franchir : l’égalité hommes-femmes, les horaires différenciés dans les équipements sportifs et les repas communautaires dans les cantines scolaires. »

Christophe Castaner a été prié de se pencher sur la question. Aux dernières nouvelles, le ministre de l’Intérieur réfléchit encore…

Pour le moment, l’UDMF, créée en 2012, n’a pas officialisé de candidatures aux municipales du printemps prochain. Mais son fondateur compte être présent partout où il trouvera des soutiens prêts à porter ses couleurs ! Moquant la théorie complotiste d’extrême droite du « grand remplacement », Nagib Azergui promet le « grand remplacement dans les urnes de la République ». En commençant là où les élections européennes lui ont donné quelques raisons d’espérer (si ce n’est de l’emporter, au moins de troubler le jeu électoral).

C’est le cas à Mantes-la-Jolie (Yvelines), où, lors du scrutin de juin, sa liste, « Une Europe au service des peuples », a obtenu un encourageant 6,77 %. Dans les sept bureaux de vote du Val-Fourré, elle totalise même 16,74 %, arrivant en deuxième position, derrière La France insoumise (18,64 %) et juste devant Nathalie Loiseau, la candidate LR-EM (12,04 %). A Woippy (Moselle), la liste UDMF a plafonné à 3,51 %. Mais elle devance celles de Nicolas Dupont-Aignan (DLF, 3,3 %), Benoît Hamon (Génération.s, 2,71 %) et Jan Brossat (PCF, 2,43 %). Dans certains bureaux de vote, elle frôle les 10 %.

Prière de voter

Insuffisant pour inquiéter le sénateur-maire François Grosdidier (LR) ? Sans doute. Celui-ci assure cependant ne pas avoir attendu le scrutin de juin pour « discuter avec les associations cultuelles ». Qui ajoute : « Dès 2001, grâce au régime concordataire (la loi de 1905 ne s’applique pas en Moselle), j’ai d’ailleurs fait construire une salle de prière. Il n’y aura donc pas de listes communautaristes aux municipales. » Sous-entendu : la communauté musulmane votera pour lui, inch’ Allah !

A Corbeil-Essonnes, le maire (LR) sortant est moins sûr de son coup. En dépit de la faiblesse du score de la liste UDMF (2,31 %), qui ne devrait pas le préoccuper outre mesure, Jean-Pierre Bechter (LR) vient de recruter, au sein du service technique de la ville, une quarantaine de stagiaires issus des quartiers.

Une mesure de prévention ?

Dessin d’Aurel – Le Canard Enchainé – 28/08/2019

Didier Hassoux. Le Canard Enchainé – 04/09/2019


Notre avis : l’État doit être (devrait être) avant tout laïque en tous points. En conséquence il ne pourrait y avoir de candidature se revendiquant d’un culte quel qu’il soit. Déroger à cette règle, n’amènerait que des partitions communautaristes dont la France n’a absolument pas besoin. MC