Étiquettes

,

Dans sa stratégie pour « tourner la page de la crise du bac » et faire oublier l’inquiétude suscitée par la loi qui porte son nom, Jean-Michel Blanquer a visiblement choisi un axe majeur : le portefeuille.

Le ministre de l’Éducation a confirmé mercredi [28/08/2019] certaines des annonces faites la veille, lors de sa conférence de presse de rentrée.

Les professeurs verront leur salaire annuel augmenter de « 300 euros en moyenne en 2020 », a-t-il déclaré sur BFMTV [oui vous avez bien lu en 2020 autrement dits au minimum pour la rentrée scolaire de 2020… nous pensons hélas, surtout si l’on prend l’annonce a son origine, que cette augmentation est bien en dessous du niveau de l’augmentation régulière du coup de la vie. MC]. Quant aux 50 000 enseignants en éducation prioritaire (sur près de 900.000), ils verront leur prime annuelle passer de 1.000 à 2.000 euros [la encore revenons l’annonce annuelle à une augmentation mensuelle entre 80,33 € et 166,66 €, mais alors que « cache » le fait de « donner » une prime annuelle plutôt que de répartir la somme au mois le mois ? MC.]

En fait, c’est une sorte de petit tour de passe-passe auquel se livre Jean-Michel Blanquer. Car le joli chiffre rond qu’il met en avant (comme toujours chez lui, à des fins de communication) mérite décryptage.

Il résulte en fait de l’application d’un protocole dit « PPCR » (pour « parcours professionnels, carrières et rémunérations »), négocié sous le quinquennat Hollande et valable non pour les seuls enseignants, mais pour l’ensemble de la fonction publique.

Or, cet accord aurait dû s’appliquer dès 2018… mais une des premières mesures de la nouvelle majorité a été de « geler » son application.

Ce qu’annonce Jean-Michel Blanquer, en fait, c’est que le protocole sera bien mis en œuvre… mais avec deux ans de retard !

[…]


Olivier Chartrain – L’Humanité – titre original : «Éducation. Blanquer : 300 euros pour acheter la paix sociale ? ». Source (extrait)