Municipales : La bataille de Nice !

Aux prises : les deux requins ex LR proche (très proche, en pensées du moins) du RN de Marine-Marion (à moins que ce soit Marion-Marine !)

La grosse baston entre les deux frères ennemis …

… Christian Estrosi et Éric Ciotti se précise, à Nice. [Certes ce n’est pas nouveau mais le drame dans cette région est que la droite dure et l’extrême droite, ont droit à toutes les moleskines. MC]

Le second se pourlèche déjà les babines à l’idée de voir le maire sortant passer un accord avec En marche !

« En ce cas, dit-il, c’est moi qui aurai l’investiture LR. Je suis la seule alternative à Estrosi. »

Et Ciotti d’analyser : « Le RN, qui a investi Philippe Vardon, un identitaire, est donné entre 11 et 15 %. La gauche, qui est entre 15 et 17 %, sera au second tour. Il y aura donc une triangulaire, voire une quadrangulaire, et pas de front républicain pour Estrosi. »

Encore moins pour Ciotti…


Article non signé. Le Canard enchaîné. 07/08/2019


3 réflexions sur “Municipales : La bataille de Nice !

  1. jjbey 14/08/2019 / 09:10

    On dit que les requins ne se bouffent pas entre eux.
    A Nice c’est l’exception qui confirme la règle.

    O Niçois qui mal y pense…

  2. bernarddominik 14/08/2019 / 19:44

    Estrosi et son ami Muselier ont dépensé des millions pour changer le nom de la région en Sud. Une idée totalement idiote, demandez où est le Sud à un américain il dira Mexique, alors que la Provence est connue du monde entier. Il ne faut donc pas attendre de grandes idées de pareils imbéciles. En Provence ils ont fait toutes les bourdes comme subventionner une association annexioniste israélienne, n’ont pas su développer les transports, les deux compères ont un bilan tellement nul que Ciotti non seulement prendra la mairie de Nice, mais aussi la région.

  3. Filimages 14/08/2019 / 21:50

    La politique a toujours été un grand panier de crabes.
    On a les élus que l’on mérite, c’est-à-dire ceux que l’on réclame via le scrutin démocratique. Si les Niçois veulent un autre maire, ils voteront pour quelqu’un d’autre. Quand les urnes livrent leur verdict, les perdants peuvent juste conclure qu’ils ont été moins convaincants que le gagnant.

Les commentaires sont fermés.