Étiquettes

,

Oui, nous ne cessons de le dire et pourtant certains de nos concitoyens n’y croient plus alors qu’il y a des exemples qu’il est beaucoup d’espoir pour sortir cette équipe de bras cassés formant le groupe la république en marche (LR–EM).

Comme un fait du hasard, l’élection cantonale qui a eu lieu récemment n’a pas été relayé par l’ensemble des médias… comme c’est bizarre.

Même si l’élection des maires semble ne pas être du ressort d’un parti politique, dégageons ceux qui se réfèrent à LR-EM car dans la sphère plus vaste des lieux de décisions que sont les intercommunalités, ils permettent aussi directement ou indirectement, les élections : des sénatoriales, régionales et territoriales, ils sont le paravent contribuant à relayer les paroles des locataires élyséens. MC


L’élection cantonale partielle des 30 juin et 7 juillet [2019] à Lodève (Hérault) n’a guère eu d’écho dans la presse, mais elle a beaucoup intéressé les états-majors politiques.

Cette élection était organisée pour remplacer la conseillère départementale Irène Tolleret, qui avait démissionné après son élection au Parlement européen sur la liste En marche !

Mais, alors que, le 26 mai, aux européennes, LRM obtenait sur ce territoire 15,1 %, le RN 29,4 % et le PS seulement 6,4 %, c’est un tout autre paysage qu’a dévoilé le scrutin cantonal de Lodève.

La candidate du PS a été élue au second tour face à celle du RN, après avoir obtenu 41,8 % au premier tour, le candidat En marche ! plafonnant à 11,6 %.

Commentaire de Philippe : « C’est la confirmation de ce que l’on a déjà dit. Tous ceux qui imaginent que les scores des européennes sont transposables aux municipales se trompent. Parce qu’il y a une prime aux sortants et que le réseau des élus locaux joue un rôle. »

C’est d’ailleurs ce que l’on apprend à Sciences-Po, en première semaine de la première année…


Article non signé. Le Canard enchaîné. 31/07/2019