Étiquettes

Quelles douches prend la mouche. Après ceux de Rugy, les repas somptuaires de ceux que l’ancien ministre de l’économie d’Hollande, un certain Emmanuel Macron, font débats. Quant à « punir » l’un, punissons les tous. Bientôt les élections mêmes aux municipales virons les. MC

« Il y a des similitudes ».  Au bout du fil, Frédéric Says, éditorialiste à France Culture et auteur avec Marion L’Hour du livre remarqué Dans l’enfer de Bercy (JC Lattès, 2017), réfléchit. « Oui, dans les deux cas, des frais de représentation ont été utilisés avec l’idée de se constituer des liens avec la société civile. Enfin, c’est comme cela que c’est justifié ».  Mais, ajoute immédiatement le journaliste, « pour Macron, il n’y a pas eu de photos de sortie et surtout il n’y a pas eu de scandale ».

Ce que Frédéric Says est en train de comparer tient en quelques mots : les dîners fastueux de François de Rugy, révélés par Mediapart, et qui lui ont entre autres coûté sa place au gouvernement, rappellent ceux donnés par un certain Emmanuel Macron à Bercy.

Les agapes de de Rugy (qui, selon une source proche de l’enquête menée par l’Assemblée nationale, relevaient bien du cadre professionnel) ont fait ressortir du placard quelques fantômes du passé.

A une époque pas si lointaine, Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie (2014-2016), a lui aussi multiplié les dîners et les rencontres à Bercy. A en croire les observateurs de la vie politique et ses adversaires, ces réceptions lui ont permis de se constituer un solide réseau qui a pu lui être utile pour la suite de sa carrière politique. « Pour François de Rugy, on parle d’une dizaine de dîners entre octobre 2017 et juin 2018 mais du côté d’Emmanuel Macron, c’était quasiment tous les soirs !, s’exclame Frédéric Says. C’était très très soutenu »

Le journaliste avait, à l’occasion de la sortie de son livre, révélé qu’ « en seulement huit mois, jusqu’à sa démission en août » 2016, « Emmanuel Macron [avait] utilisé à lui seul 80% de l’enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère par le Budget ».

A l’époque, le mouvement En marche !, lancé par Emmanuel Macron, avait immédiatement démenti ces accusations. « Aucun centime du budget du ministère de l’Economie (…) n’a jamais été utilisé pour En marche ! Toute affirmation du contraire est purement et simplement diffamatoire », pouvait-on lire dans un communiqué. Interrogé de nouveau sur le sujet par franceinfo, l’Elysée n’a pas donné suite à nos sollicitations. 

Certains ont pourtant pu observer aux premières loges la fréquence très importante des dîners organisés par Emmanuel Macron. « Dans la dernière ligne droite, il y avait beaucoup de passages », confie à franceinfo son ancien voisin de palier à Bercy Michel Sapin, ex-ministre des Finances et des comptes publics. Son secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert, est encore plus prolixe, […] ce dernier y racontait que c’est dans l’appartement de fonction du ministre de l’Economie – « 300 mètres carrés high-tech et rutilants (…) digne d’une revue d’architecture »– que « matin, midi et soir, le couple a reçu beaucoup de monde pour préparer le décollage d’En marche ! » […]

Les peoples ne sont pas les seuls à fréquenter Emmanuel Macron. Ce dernier reçoit aussi, à dîner ou non, des acteurs de la vie politique et publique qui, sur le papier, n’ont pas grand chose à voir avec ses fonctions de ministre de l’Economie. Ainsi, écrit L’Express en janvier 2018, Emmanuel Macron s’entretient à Bercy avec des intellectuels qui pensent le spirituel et la laïcité, ou encore avec des représentants des cultes. Dalil Boubakeur, alors président du Conseil français du culte musulman, se souvient […] avoir trouvé une oreille très attentive auprès du ministre. L’abbé Pierre-Hervé Grosjean, fondateur du Cercle Léon-XIII, est lui reçu à sa demande avec plusieurs prêtres pour un petit-déjeuner à Bercy.[…]

Au fur et à mesure que grandit l’ambition d’Emmanuel Macron, […]Le politologue Stéphane Rozès est par exemple reçu un samedi matin à Bercy « deux-trois mois avant le départ d’Emmanuel Macron ». « Cet échange n’était pas dans le cadre d’une mission professionnelle pour Bercy mais une discussion de visiteur du samedi », tient-il à préciser. […]

Dans cette lignée, l’ancienne ministre Corinne Lepage est ainsi conviée entre juin et juillet 2016 au ministère où ils « abordent beaucoup de sujets ». Dans l’optique de constituer sa future équipe ? […] L’ex-ministre ne donne pas suite immédiatement et attendra janvier 2017 pour rallier la campagne du futur président. D’autres au contraire se lanceront dans l’aventure macronienne dès ses débuts.

Etait-ce pour autant le rôle d’Emmanuel Macron de recevoir à Bercy autant de personnalités de tous bords et tous milieux ? A l’époque, En marche ! avait présenté le même argument que celui avancé par François de Rugy pour justifier la qualité des personnes invitées à ses dîners.

Recevoir au ministère des acteurs extérieurs à l’administration fait bien partie du rôle et de la fonction d’un ministre qui ne saurait travailler en circuit fermé et exclusif avec son administration. […] Le candidat Macron avait pu compter sur le soutien de son ancien collègue au gouvernement. Interrogé sur LCP, le 26 janvier 2017, Michel Sapin assurait que son ex-voisin n’a « pas dépensé plus » d’argent qu’il n’en avait le droit en frais de représentation. De plus, cette pratique des dîners est très fréquente dans toutes les institutions de la République, nous confirment plusieurs journalistes, personnalités et anciens ministres contactés par franceinfo. Mais rien dans la réglementation ne permet de contrôler la nature des dépenses effectuées, les responsables politiques doivent seulement s’astreindre à ne pas dépasser un certain budget. Comme l’explique à France 2 René Dosières, ancien député PS et fondateur de l’observatoire de l’éthique publique. […]


Margaux Duguet. France Télévisions. Source (extrait – lecture intégrale en libre en suivant le lien)


Un avis comme un autre. Les malheureux abonnés aux restos du cœur (entre autres) seront-ils rassurés de savoir que c’était « des frais professionnels » que ces agapes dans les ministères ? C’est quand même formidable, ce sont les mêmes, du moins certains, qui prétendent que les salaires et retraites qu’ils-elles touchent de l’etat en tant que premier ministre, ministres, secrétaires d’État, etc. ne leur permet pas de vivre décemment… mais le pire de tout cela, c’est qu’aux prochaines élections, ils risquent d’être réélu-e-s. MC