… pas de quoi rire ni pleurer … encore un triste sire ne sachant que cracher dans la soupe ! Mais il faut retenir qu’ Ardisson participe (ou aura participé) à produire des émissions buzz, d’abord et avant tout, captatrices de publicités largement rémunératrices pour les patrons de chaînes.

Invité dans la matinale de France Inter le 25 juin, Thierry Ardisson expliquait à Léa Salamé les raisons de son départ de C8 et livrait quelques considérations sur l’état de la télévision actuelle. […]

Transcription très partielle de l’interview

  • Bonjour à vous Thierry Ardisson. Merci d’être avec nous ce matin, ça fait plus de trente ans que vous êtes dans notre poste de télévision. Vous avez commencé en 1988 avec « Lunettes noires pour nuits blanches » sur la 2, puis il y a eu Paris Première, Canal, C8 et puis… plus rien. Vous ne serez plus à la télé en septembre. Vous pensez qu’elle vous survivra, la télé ?

Ce qui ne me survivra pas, c’est une certaine façon de faire de la télévision. C’est-à-dire faire des émissions qui sont écrites, qui sont tournées, qui sont montées, qui sont mixées, enfin comme du cinéma et qui justifie que l’INA m’ait consacré un site, et qui justifie que l’INA ait publié des coffrets de mes émissions. Et je pense que les émissions qui sont faites aujourd’hui n’auront pas la même pérennité, n’auront pas la même densité, et qui ne justifieront pas qu’on les regarde dans 20 ans par exemple.

  • Vous l’expliquez dans une tribune au Figaro. Vous dites que « la télé s’éteint et le désert s’étend ». En quoi la baisse des budgets que vous dénoncez va forcément tuer la télé ? Ce que je veux dire c’est que tout le monde se serre la ceinture, on est dans une période de vaches maigres, […]  Alors. Pourquoi est-ce que vous devriez pas vous aussi vous serrer la ceinture ?

D’abord parce que je suis Thierry Ardisson.

  • Ça veut dire quoi ça ?

Ça veut dire que quand je vais chez Hermès acheter un porte-cartes, je le paie 300 euros alors qu’il y a pour 40 euros de veau. Voyez ce que je veux dire ? C’est à dire qu’on paie la marque, on paie le savoir-faire, on paie l’image. Ce que C8 achetait avec moi, c’était évidemment l’audience que je pouvais apporter mais c’était aussi l’image de marque auprès des annonceurs. […]

  • Vous avez été viré ou vous êtes parti ?

On m’a proposé la moitié de ce que j’avais, donc c’est me virer. […]

  • Vous dites que la télé se meurt. Mais il reste de grands rendez-vous, il reste de belles fictions, le foot ça marche à la télé, les grandes soirées politiques… Et il reste aussi des émissions qui ont des moyens. Regardez « Quotidien » sur TMC, il y a des moyens par exemple.

C’est formidable Quotidien. Non ce que je dis, la télé ne se meurt pas. Il y a effectivement des séries, tout le monde regarde des séries, y a des choses formidables évidemment. Je veux dire que c’est ce que je faisais qui se meurt. C’est à dire une télévision de talk-show si vous voulez, une émission d’accueil, où on peut recevoir à la fois des gens très populaires et à la fois des gens plus cultivés, plus intellectuels. Ce mélange-là, cette curiosité-là. Bah oui, ça se perd, ça se voit.

  • Vous dites que la culture à la télé doit être spectacularisée, qu’est-ce ça veut dire ça ? Ça veut dire qu’on peut pas recevoir Houellebecq, Philippe Sollers, Bret Easton Ellis si on met pas un humoriste avant et une nana de la téléréalité après ?

Ça a été ma conception, c’est à dire que je pense qu’on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre et que, si vous voulez, pour intéresser les gens, comme vous dites, à Bret Easton Ellis ou Tom Wolfe ou peu importe, il faut qu’ils soient là, d’abord, et ensuite il faut qu’ils se disent : « Après, il y aura un truc marrant donc je vais me taper ça ». Parce que la culture, c’est pas obligatoire si vous voulez, les gens ils ont pas envie de se cultiver à ce point-là.

  • Mais pourquoi ça a changé ça ? Ce que je veux dire c’est que Pivot ça marchait, il y a vingt ans, il y a trente ans. Pourquoi est-ce que vous vous êtes obligé pour intéresser à Bret Easton Ellis de mettre un humoriste à côté ?

Ça me dérange pas de le faire parce que si je mets Patrick Timsit avant et Valérie Lemercier après, ça me dérange pas du tout, mais c’est comme ça. La culture à la télévision ne… Moi j’ai été élevé avec l’ORTF. Je ne suis pas un enfant de la télé, je suis un enfant de l’ORTF. J’ai été élevé à une époque où la télé était censée nous élever, nous éduquer. Claude Santelli, Claude Barma, Marcel Bluwal, Daisy de Galard, Jean-Christophe Averty, moi j’ai été élevé par ces gens-là si vous voulez, et j’ai toujours pensé que la télévision devait apporter quelque chose aux gens. Alors évidemment c’est plus facile quand vous êtes en deuxième partie de soirée sur France 2 que quand vous êtes en access sur C8 qui est une chaine de la TNT, mais si vous prenez la liste des gens que j’ai interviewés cette année dans la partie de l’émission que Charline n’a pas vue [Ah, ça commence !], qui s’appelait l’Ardiview, ben je veux dire, Kamel Daoud, Saviano, Onfray, Glucksmann, j’ai eu cette année de très très bons invités, Michel Serres pour sa dernière interview.

  • Mais vous vous avez l’impression que vous avez élevé les gens ? Vous n’avez pas aussi succombé, sans doute les dernières années, à la trash tv, à la culture du buzz, à la domination des humoristes… Vous n’avez pas fait ça vous aussi ?

Non, pas du tout.

  • C’était pas… sauf votre respect, c’était pas France Culture.

J’avais de très bons humoristes, dont Vizorek, qui est beaucoup plus sympa que Charline d’ailleurs, et qui est désolé. Il est désolé de ce que vous avez dit.

  • On va expliquer aux gens et puis vous pourrez répondre. Charline dans Le Parisien dimanche dernier s’est réjouie de l’arrêt des « Terriens » en expliquant que votre émission était « trop putassière ».

Ce que Charline ne sait pas d’abord, enfin peut-être pas, c’est que il y a pas de quoi se réjouir hein, ça met 100 personnes au chômage, alors comme vous êtes de gauche, j’imagine que ça doit vous embêter beaucoup. Vous aimez les gens, voilà, donc 100 personnes qui ont plus de boulot.

  • [Charline Vanhoenacker : Putassier c’est un compliment pour vous Thierry (…) Vous aimez ça.]

Pour moi, c’est pas un compliment, je vous ai connue beaucoup plus drôle. Et ensuite je vous dirais ma chère Charline, d’abord que Vizorek est désolé, il m’a envoyé un texto dès le matin en me disant « je ne sais pas ce qui lui prend » et c’est pourtant votre grand copain, vous lui en parlerez. Moi je n’ai pas trouvé ça drôle parce que si vous voulez vous réjouir de l’arrêt d’une émission, surtout d’une émission qui essaie encore d’élever un peu le débat, même si elle ne l’élève pas au plus haut niveau, je trouve que franchement, je comprends pas votre attitude.

  • Charline vous voulez répondre ou on passe ?

Et puis ce qu’il faut dire aussi, Charline, c’est que vous avez essayé de faire de la télé, vous avez tenu 15 jours, donc ne venez pas… J’ai quand même le droit de lui dire qu’elle a essayé de faire de la télévision, que ça a duré 15 jours, et que moi j’ai fait 34 ans avec un certain succès. Donc les leçons de Charline, j’en n’ai rien à foutre.

  • Bon allez allez allez, c’est le jeu Thierry Ardisson. Vous avez karchérisé des tonnes de gens. Vous en prenez une… Pensez-vous comme Laurent Ruquier que c’est les réseaux sociaux qui tuent la télé ? Qu’au fond, la télé est désormais la proie des lobbys, des associations et des corporatismes, que nous vivons sous la dictature de Twitter et de Marlène Schiappa ?

Oui c’est vrai. Si vous voulez, y a deux choses qui ont changé à la télévision. D’abord, les gens veulent plus venir. Il y a 20 ans, les gens étaient tous au maquillage comme on dit. Maintenant, les gens, c’est plus chic de venir à la télé si vous voulez, c’est un peu comme aux Etats-Unis où il y a que quelques émissions où il y a des stars. Donc les gens veulent plus venir. Ensuite, ils veulent plus se rencontrer. C’est à dire que moi je faisais se rencontrer des politiques avec d’autres gens, des artistes avec des politiques. Aujourd’hui, ils veulent plus se croiser. Les politiques veulent plus voir les artistes, les artistes veulent plus voir les politiques. Et puis on peut plus rien dire à cause des réseaux sociaux. Donc c’est vrai que c’est beaucoup moins marrant de faire de la télé comme ça en tout cas. Vous avez dit tout à l’heure, « on vous verra plus à la télé ». Peut-être. Mais enfin, si je trouve quelque chose d’intéressant à faire, je le ferai.

  • Alors c’est quoi, c’est les plateformes ? On dit que vous êtes en négociation, je sais pas j’ai entendu Netflix, Amazon, OCS…

Ecoutez vu l’attitude de Bolloré, plutôt que de se vendre au grand capital, peut-être qu’il faut se vendre au très grand capital. Peut-être que c’est là qu’est encore l’argent si vous voulez.

  • C’est ce que vous allez faire ? Vous allez vous vendre au très grand capital ?

Je sais pas je discute. J’ai pas ce besoin d’antenne qu’on peut avoir quand on est plus jeune si vous voulez moi j’ai fait ma carrière, je m’occupe, vous ne le savez sans doute pas d’une société de fictions qui fait des films et des séries…

  • Mais justement vous aurez besoin de Bolloré et de Canal, pour faire financer vos films ?

Non y a pas que Bolloré et Canal pour financer des films. Bon. Puis qui vous dit qu’on est vraiment fâchés ?

  • Vous vous passerez de ça ?

Ecoutez non, si on me voit un jour, ça sera sûrement pas en septembre.

  • Ah ! Donc peut-être qu’on vous voit sur Netflix, sur Amazon en septembre ?

Pour le moment je discute avec tout le monde, beaucoup de gens m’ont appelé pour me dire « qu’est-ce que tu fais à la rentrée ? », c’est normal.

  • Vous ne viendrez pas en chroniqueur à la radio ou… À France Inter ?

Non, j’ai quand même un peu de dignité. Je vais pas finir chroniqueur chez Hanouna, rassurez-vous.

  • Pourquoi les stars de la télé ont tant de mal à quitter la scène ? J’ai l’impression que votre génération s’accroche et… parce que c’est addictif ? Et laisse pas la place aux jeunes d’une certaine manière…

Parce que c’est addictif. Moi j’ai toujours été quelqu’un dans mes émissions qui a plutôt servi de tremplin à des jeunes, je pense. Mais oui, c’est addictif, c’est plaisant. Quand vous savez le faire ce truc là, c’est pas désagréable.

  • Vous seriez ministre de la Communication et de la Culture, vous feriez quoi ?

Je ferais du service public un vrai service public, c’est à dire quelque chose qui apprend aux gens. Quand je vois qu’on a supprimé votre émission « Stupéfiant » par exemple…

  • Non elle est pas supprimée, mais bon, passons. Et donc vous feriez quoi ?

Et donc voilà. D’abord, je virerais 6 000 personnes parce que c’est comme ça qu’on pourra rétablir les finances.

  • Oh là, vous dites ça sur France Inter…

Mais oui, absolument.

  • [Charline Vanhoenacker : Vous virez des gens quand même alors ? C’est dommage on aurait pu réengager les gens que vous allez virer en partant.]

Ah bah oui si vous voulez, vous voyez bien qu’il y a quatre fois plus de gens sur France Télévisions que sur M6 ou sur TF1. On peut faire marcher des chaines de télé avec beaucoup beaucoup moins de gens. Et le problème ma chère amie…


Pauline Perrenot. Acrimed. Source (accès libre)