Étiquettes

,

Il faudrait applaudir toutes les initiatives consistants à reformer un bloc de gauche pour les prochaines élections municipales qui sera suivie rappelons-le, des élections territoriales l’année suivante, puis encore l’année d’après, les régionales et la présidentielle ; encore faudra-t-il s’entendre sur un projet commun en vue de créer une nouvelle forme de société plus démocratique et équitable en droit et fiscalité pour chacun des Français. MC

La Charité-sur-Loire, et son splendide prieuré.

C’est le décor que l’ancien député socialiste frondeur, élu du coin, avait donc choisi pour s’atteler à la tâche, le week-end des 5, 6 et 7 juillet.

Au programme : des conférences entre des politiques, des intellectuels (la sociologue Dominique Méda, l’essayiste François Bégaudeau ou l’universitaire Thomas Branthôme…), et des citoyens (Mediapart était invité, au même titre que Libération, L’Obs, Politis ou le site Le Vent se lève pour animer une conférence « carte blanche »), sur des sujets tels que la fiscalité, Internet, les gilets jaunes, la survie des partis politiques, la transition énergétique, le peuple ou la ruralité.

L’idée était surtout de « faire tomber les murs » entre des gauches morcelées, voire concurrentes. De les forcer à « déposer les armes au vestiaire », dixit les organisateurs, pour renouer le dialogue. Visiblement, les forces de l’esprit ont œuvré en faveur de l’unité. Dans les jardins du cloître et l’indolence de ce début d’été, un petit miracle est arrivé : les gauches se sont reparlé. […]

 […] Au chapitre des conversations franches, l’échange a parfois été un peu rugueux : quand des participants au festival ont pointé du doigt l’esprit boutiquier des partis de gauche. Ou lors de ce débat avec une vingtaine de gilets jaunes qui avaient fait le déplacement dans le sillage de Priscillia Ludosky, l’une des figures des gilets jaunes invitée à La Charité. Les responsables politiques ont été pris à partie sur le train de vie des élus, ont dégonflé les rumeurs et répondu aux interrogations. […]

 […] Certes, il y avait des absents à La Charité-sur-Loire. Les chefs de partis n’étaient d’ailleurs pas conviés. […]


Pauline Graulle. Médiapart. Titre original : « Les gauches sont enfin parlés, en vue de s’entendre ». Source (extrait).