Olivier Carré, dans les traces de Balkany ?

Le maire d’Orléans explore le monde aux frais de ses administrés en affectionnant surtout le luxe et les grands hôtels.

La majorité municipale d’Orléans récrimine. Le nouveau maire, Olivier Carré, se voit reprocher […] les voyages à l’étranger, ainsi que sa gênante propension à mêler vie privée et conduite des affaires.

A peine a-t-il succédé, en 2015, à Serge Grouard que Carré rompt avec la tempérance de son prédécesseur : achat d’une voiture de fonction à 46.000 €, promotion de l’attachée de presse de la ville, Joëlle Goepfert, au poste de numéro 2 des services administratifs de la ville (avec le salaire d’un numéro 1) et départ rapide avec la nouvelle promue (qui deviendra bientôt sa compagne) pour Cannes et son Marché international des professionnels de l’immobilier. Le maire et sa collaboratrice descendent au Majestic, louent une belle voiture et profitent de l’ambiance festive. Le voyage et l’auto seront remboursés par la ville, pas le palace…

La terre pour pré Carré

L’année suivante, les deux mêmes prennent la tête d’une délégation € la nuit). Mais, l’an dernier, l’édile a opté pour le Pullman, à des tarifs dépassant parfois les 400 € la nuit. Résultat: en un an, les dépenses du maire dans les hôtels parisiens sont passées de près de 6.000 à plus de 9.500 €

« Les trains relient Paris à Orléans en moins d’une heure, et il y en a jusqu’à minuit. Il pourrait sans difficulté rentrer chez lui après ses rendez-vous », peste un conseiller municipal. Mais Carré l’affirme au « Canard » : « Je suis l’un des maires qui se déplacent le moins. »

Plus, tout de même, que son prédécesseur, Serge Grouard, questionné à brûle-pourpoint par « Le Canard » pratiquement aucun voyage à l’étranger en quatorze ans, précise l’intéressé. Quant aux hôtels parisiens aux frais de la commune, « c’est simple : zéro ». Contre une cinquantaine pour son successeur entre 2017 et 2018. Un grand maire, ça s’exporte.


Alain Guédé. Le Canard enchaîné. 12/06/2019


2 réflexions sur “Olivier Carré, dans les traces de Balkany ?

  1. jjbey 21/06/2019 / 21:54

    A chacun sa notion du service au public……

    • Libres jugements 22/06/2019 / 11:24

      En plus cet édile contribue à la prospérité économique de pays en distribuant les biftons de sa ville, permettant ainsi de faire de la com’ pour Orléans, vraiment ces orléanais sont des ingrats s’ils ne réélisent pas un tel maire soucieux de faire connaître sa commune en français et dans le monde entier!
      L’ironie n’est jamais que le fruit de l’amertume de ce qui est semé.

Les commentaires sont fermés.