A l’initiative de F. Ruffin, la gauche contre la privatisation d’ADP

La longue marche pour obtenir le référendum contre la privatisation des aéroports de Paris (ADP) commence, et la gauche serre les rangs.

Ce 18 juin 2019 au « Côte d’Azur », un bistrot près de la place de la République (Paris, Xe), elle apparaît en formation de combat, le regard fixé vers un même objectif : atteindre les 4,7 millions de signatures d’ici mars 2020 – soit 17 000 signatures par jour. Pas une mince affaire. Comme le dit le député […]  à l’origine de cette réunion, « c’est une campagne de masse » qui s’engage, et il ne faudra pas compter sur le gouvernement pour en faire la promotion.

Alors les forces de gauche, quelque peu sonnées par leurs résultats et leur division aux élections européennes, tendent […] à mettre de côté leurs querelles de paroisses. […] Dépassements

Répondant à l’impératif catégorique de faire masse, la campagne qu’il lance à grand renfort de tracts et d’un site internet (signons.fr) ne comporte donc pas de logo. Elle est informative. Et à vocation à entraîner un maximum de personnes vers l’acte de la signature. Le hashtag #SignezCommeVousÊtes pourrait même être lancé sur les réseaux sociaux, comme une réponse de défi aux bugs informatiques recensés sur la plateforme gouvernementale.

[…] L’enjeu, la défense des biens communs et des services publics, abolit les frontières politiques, déborde aussi la simple question d’ADP (“c’est la question des océans, des hôpitaux, des écoles, des tribunaux, de se réapproprier notre destin commun qui est posée”, élargit François Ruffin). “En signant comme nous sommes, on va additionner nos énergies, nos sensibilités, nos histoires”, souligne le communiste Sébastien Jumel.

En neuf mois, un mariage peut avoir lieu

Et qui sait, construire la gauche de demain ? Repartir sur de bonnes bases pour 2022 ? L’horizon est très lointain aux yeux des personnalités réunies. D’ailleurs, il n’est pas question de définir une ligne politique précise à l’occasion de ce référendum : “La ligne, c’est 4,7 millions”, balaye Jumel.

Le rassemblement sur cet objectif politique rappelle cependant la réunion de la gauche antilibérale qui avait eu lieu en 2005, contre le Traité constitutionnel européen (TCE). […] Sensible aux leçons de l’histoire, François Ruffin finit par lâcher qu’il est un « partisan du Front populaire ». Mais rappelle qu’à l’époque, c’est la base (communiste et cégétiste) qui réclamait l’unité dans la rue.


Mathieu Dejean. Les Inrocks. Titre original : « à l’initiative de François Ruffin, la gauche se rassemble contre la privatisation d’ADP ». Source (extrait)