Collection Courtauld – 1

Sise dans le bois de Boulogne, ce bois à réputation sulfureuse, exposé dans le cadre de la fondation Louis Vitton, se trouve un bâtiment qu’il faut découvrir dans sa modernité extérieure surprenante et pourtant ultra conventionnelle à l’intérieur. Il permet selon les salles et les étages, diverses propositions d’œuvres autant connues que contemporaines.

Le choix des œuvres contemporaines laissent quelquefois pantois le visiteur dont nous sommes (des exemples par la suite). Mais comme nous le disons souvent, évitons de mourir idiot, prenons connaissance de tout ce qui « quelquefois » s’appelle des œuvres, après chacun est libre d’apprécier … ou pas ! Pour ma part j’appelle certaines de ses œuvres des éléments de décoration mais pas des « œuvres de peinture » selon l’éthique apprise.

Comme d’habitude pour obtenir les photos en plus grand format, un clic sur n’importe laquelle d’entre elles.

Collection privée, Photo MC, Reproduction strictement interdite, Appareil Sony Alpha, zoom 18/55, Paresoleil. — Lumière ambiante.

4 réflexions sur “Collection Courtauld – 1

  1. marie 19/06/2019 / 13:47

    Bonjour, grand merci pour ce billet, j’ai visité , j’aime bien ces tableaux, bon après-midi MTH

    • Libres jugements 19/06/2019 / 14:13

      bonjour Marie,
      merci pour ce commentaire

      Il est vrai que toutes la période des impressionnistes qui trouvaient là une expression différente de la peinture précédente, faite uniquement en atelier, s’obligeant à sortir et découvrir la nature, puis de lutter contre le phénomène de la photographie nouvellement inventée, est très enrichissante sur bien des points notamment en matière de bouleversements du style académique pur des peintres antécédents, la transposition et les recherches diverses de matière, de lumière, de techniques ainsi qu’une composition respectant les règles d’or, restent pour moi jusque dans les années 70-80, des œuvres picturales.
      Bien qu’ayant été élevé dans le sérail de la peinture, puis l’ayant étudié quelques années en recevant les bases académiques adéquates, je n’arrive pas à intégrer certaines œuvres « comme des peintures », mais plutôt comme des éléments de décoration temporaire.
      Si j’en avais les moyens (rassurez-vous ce n’est pas le cas) je ne dirais pas non à un Sisley, Degas, Cézanne, Renoir, Manet, Monet, Modigliani ou Van Gogh, quelques aquarelles de Daumier ou de Durer, les eaux-fortes ou les gravures sur cuivre au burin ou à la pointe sèche et j’irai même dans les lithographies jusqu’à Soulage (mais pas ses peintures), ou encore des esquisses de Rodin, Picasso … sauf que je n’ai pas les moyens aussi suis-je un adepte des expositions dès qu’il est possible de s’y rendre.

  2. tatchou92 19/06/2019 / 15:30

    Merci, merci

Les commentaires sont fermés.