Étiquettes

…. savourons la dernière plaisanterie en date : la fiche info de Google.

Dès qu’une personnalité a un quart d’heure de célébrité, le moteur de recherche lui concocte une petite fiche, puisée aux meilleures sources de l’Internet, avec son trop-plein d’erreurs.

Qui décide de créer une fiche, qui choisit d’introduire telle ou telle info ? Une seule et unique non-personne, l’algorithme de Google, qui se déclenche quand il y a des recherches fréquentes sur tel ou tel. Et personne, bien entendu, ne contrôle sa production, histoire de gagner du temps et de l’argent.

Résultat, tel acteur d’une série télévisée se retrouve mort dans Google et doit rassurer sa vieille mère par téléphone. Pareil pour un sénateur. Un professeur d’anglais né à Boston se voit accoler la nationalité française, une chanteuse d’opéra reste mariée avec l’homme dont elle est divorcée depuis des lustres et l’ancien PDG de Google, Éric Schmidt, est décrit comme l’auteur d’un manuel pour passer l’examen de préparateur en pharmacie !

L’histoire, à ce stade, est déjà rigolote, mais elle n’est pas finie.

Le plus drôle, c’est que l’algorithme de Google est sûr d’avoir raison et qu’il est très difficile d’obtenir de lui qu’il efface ses nombreuses erreurs.

Qu’est-ce qui prouve à Google qu’un acteur mort ne l’est pas ? Ou comment expliquer à son petit ami qu’on n’est plus marié dès lors que Google assure qu’on l’est encore ? Bref, la multinationale américaine a plus de pouvoir sur la vie des gens que les gens eux-mêmes.

Aux dernières nouvelles, Google fait tout son possible pour assurer l’ « exactitude de ses fiches » (« Wall Street Journal », 3/6).

Si c’est l’algorithme qui le dit, on peut avoir toute confiance !


J.-M. Th. « Le Canard enchaîné ». 05/06/2019