Étiquettes

,

France. L’institution internationale est inquiète de l’évolution de la dette publique et préconise un « effort fiscal ambitieux ». Celui-ci devrait être deux fois plus important que celui prévu par l’exécutif.

[…]… […] l’équipe d’économistes chargés de la France juge dans son rapport annuel, publié ce lundi [03/06/2019], que la refonte du Code du travail et de la fiscalité du capital « vont dans le bon sens » et que ces « réformes importantes » ont « contribué à la résilience de l’économie », […]. Mais elle s’inquiète de la dette publique qui « pourrait (1)» dépasser le niveau de 100 % du PIB au cours des prochaines années. [(1) à ce verbe pouvoir qu’il est magnifique, magique, surtout employé au conditionnel, tant il permet, voire oblige à sous-entendre/comprendre qu’il n’est pas question de ne pas suivre les préconisations si on ne veut pas avoir d’ennuis par la suite. MC]

Prises pour répondre à la crise des « gilets jaunes », « les mesures en faveur du pouvoir d’achat ont un coût budgétaire, a pointé ce lundi Delia Velculescu, la cheffe de mission du FMI pour la France.[Nécessite maintenant de] réduire les dépenses publiques pour appuyer les choix sociaux qui ont été faits cette année ». […]

[…] Pour l’institution internationale, il est essentiel de réduire la dette pour constituer un coussin de sécurité en cas de chocs, pour éviter d’avoir à baisser les dépenses publiques au pire moment, c’est-à-dire en cas de ralentissement économique. Elle appelle donc à « un effort fiscal ambitieux ». Mesures d’assainissement

[…] Le FMI appelle […] à continuer les réformes structurelles. Pour Delia Velculescu, l’Hexagone « n’a pas le choix et doit réformer son économie ». […]


Et tout ça sur le dos de qui, je vous le donne en 1000… MC


Guillaume de Calignon. Les Echos. Titre original : « Le FMI critique la stratégie budgétaire du gouvernement ». Source (extrait)