Étiquettes

, , , , , , , ,

… les électeurs réélisent des RN (ex du FN) à l’assemblée européenne. Les parlements se renouvellent, mais les élus d’extrême droite qui intéressent la justice sont toujours là.

Ainsi, parmi les 22 nouveaux députés lepénistes, un tiers se trouvent dans le collimateur des juges. Jordan Bardella, la tête de liste RN, est soupçonné par Bruxelles d’avoir fait « un usage irrégulier de l’indemnité d’assistant parlementaire ». Le jeune homme est un stakhanoviste : assistant parlementaire du député européen sortant Jean-François Jalkh, il a aussi dirigé les troupes RN en Seine-Saint-Denis, non sans assumer une fonction de chargé de mission au sein de la cellule prospective du parti. Trop fort !

France Jamet (20e) est aussi dans le viseur de Bruxelles : elle a bénéficié d’un emploi fictif de 2014 à 2016.

Dominique Bilde, élue en 4e position, et Nicolas Bay (7e), tous deux mis en examen pour détournement de fonds publics dans cette même affaire.

Sans oublier Catherine Griset, 10e sur la liste : la cheffe de cabinet de Marine Le Pen est mise en examen pour abus de biens sociaux et recel.

Jean-François Jalkh, vice-président du RN, a lui, été mis en examen en 2015 dans l’enquête sur le financement des campagnes électorales du FN. Il était, à l’époque, secrétaire général de Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen.

Aurélia Beigneux, en 14e position, adjointe aux affaires sociales à la mairie d’Hénin-Beaumont, est pour sa part soupçonnée de fraude au RSA par la Caisse d’allocations familiales.

Ces sept petits malins ne bénéficieront pas forcément pendant cinq ans de la protection que leur confère leur statut d’élu européen. Le Parlement de Strasbourg peut lever une immunité (Jean-Marie Le Pen en a fait l’amère expérience.)


Article signé des initiales A.-S. M. Le Canard enchaîné. Titre original «RN : une nouvelle batterie de casseroles ». 29/05/2019