Étiquettes

, , ,

Bizarre que l’affaire Benalla ne soit pas réapparue, quelque temps avant le début des élections européennes ! Pourtant cette affaire [affaire d’état peut-être bien ! MC] Est bien apporté au discrédit d’Emmanuel Macron. MC

Des SMS effacés ont été retrouvés par les flics. Ils trahissent les belles fréquentations de l’ex-conseiller du Président, Alexandre Benalla.

Disparu, le coffre-fort d’Alexandre Benalla va-t-il réapparaître grâce à son téléphone portable de l’Élysée ? Le 20 juillet 2018, alors que le conseiller d’Emmanuel Macron est en garde à vue, les poulets déboulent dans son appartement d’Issy-les-Moulineaux pour effectuer une perquisition (« Le Canard », 1/8/18). Surprise : incapables de crocheter la serrure, ils font demi-tour ! Avant de revenir le lendemain, cette fois avec un serrurier. Nouvelle surprise : le coffre de Benalla n’est plus là…

Interrogé à ce sujet, le proprio affirme avoir demandé, la veille, « à un ami (…) de récupérer tout ce qui pouvait être volé, des objets de valeur et notamment les armes » planqués dans le coffre-fort. Peu curieux, ni les juges ni les flics ne le questionnent à propos de ce bon ami déménageur. La réponse figure peut-être dans les SMS que les enquêteurs viennent de récupérer en fouillant le portable fourni par le Château à Benalla.

L’ex-garde du corps avait pourtant bien pris soin de les effacer juste avant d’être mis en garde à vue. Les poulets ont réussi l’exploit de les faire réapparaître. Contrairement au coffre !

Trop mimi

La veille de la perquisition, Benalla est prévenu : des flics rôdent aux abords de son domicile. Il reçoit deux SMS à ce propos. Le premier, à 16 h 24, est signé d’un certain « Seb » : « Je suis vers chez toi. Une équipe police qui traîne en civil et une équipe caméra —2 blacks dans une DS3. Dis-moi comment tu veux procéder. » Sept minutes plus tard, nouveau texto de « Seb », transféré, cette fois, sur le portable de Benalla par Mimi Marchand en personne, la papesse des paparazzis, très en vue au Château : « Suis dans le secteur. Allée d’Issy . Suis pas loin de chez lui et je checke. Y a des flics en civil qui traînent. Y a deux équipes TV. Deux blacks dans une DS3.

Envoie-moi ou qu’il m’envoie l’adresse où je le récupérerais. »

Récupérer qui ? Récupérer quoi ? Quand « Seb » ne joue pas les guetteurs pour Benalla, il travaille comme photographe pour Mimi. Interrogé par « Le Canard », le paparazzi nie farouchement être entré dans l’appartement de Benalla et assure « n’avoir rien récupéré ». Voilà en tout cas, une défense qui a du coffre !

Gendarme et gente dame

Les SMS mal effacés révèlent aussi d’autres hautes amitiés.

Le 18 juillet, à 17h 08, le général cinq étoiles Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, échange avec Benalla, qu’il a promu, quelques mois plus tôt, lieutenant-colonel de réserve : « Bonjour Richard, je tiens à t’informer qu’un article va sortir dans « Le Monde » sur le 1er Mai. Amitiés. » Et le pandore de répondre, vingt-deux minutes plus tard : « Bonjour Alexandre. Comme quoi les journalistes sont bien informés par nos amis. Amitié, Richard. »

Des « amis », mais lesquels ? Les poulets, peut-être ? Ces derniers, en tout cas, ont pris un malin plaisir, dans la procédure, à épingler le gendarme en chef. Ça va jusque-là, la guerre des polices ?


Didier Hassoux et Christophe Labbe. Le Canard enchaîné. 29/05/2019