Étiquettes

, , , , , , ,

Quel est cette envolée d’attentions, d’écoutes et de louanges pour ce candidat, représentant un parti qui a connu une grande éclipse. Peut-être est-ce tout simplement parce ce parti redécouvre ses fondamentaux et des prises de positions exemptes ambiguïtés. Peut-être aussi que ce jeune candidat et son indéniable charisme, énonce un programme clair et précis, bien compris par de futurs électeurs ? MC

Après le départ d’Andréa Kotarac, conseiller régional LFI, qui a appelé à voter pour le RN, c’est […] [le] philosophe Henri Peña-Ruiz, membre du Parti de gauche, et auteur du dernier cours à l’école de La France Insoumise sur la laïcité, a décidé de soutenir Ian Brossat, la tête de liste du Parti communiste, au détriment de Manon Aubry, tête de liste LFI, le parti de Jean-Luc Mélenchon.

« Je souhaite un beau succès à Ian Brossat et à sa liste pour que la France de notre regretté Jean Ferrat parle haut et fort à Bruxelles », écrit-il dans un texte de soutien que Le Point s’est procuré en exclusivité. « La disparition du Parti communiste serait une catastrophe absolue » [Henri Peña-Ruiz]

L’intellectuel a-t-il des griefs envers LFI et Jean-Luc Mélenchon ? « Pas du tout, pas du tout. Je craignais cette réaction. Je suis toujours un compagnon de route de LFI, […]

Pourtant, un de ses amis nous assure qu’il a été « très affecté » par la mise à l’écart de Charlotte Girard, militante très populaire à LFI, après que celle-ci a exprimé des réserves à l’égard de Sophia Chikirou, proche de Jean-Luc Mélenchon. Mais il refuse de s’associer publiquement aux critiques exprimées par plusieurs cadres qui ont claqué la porte sur le manque de démocratie dans l’appareil.

[…] Au-delà des amalgames injustes qui ont tenté de disqualifier l’idéal communiste, il est grand temps de rappeler ce sens du bien commun, de l’intérêt général, et de la solidarité qu’implique la notion de communisme.

Souvenons-nous du Front populaire, de la résistance au nazisme, puis de la Libération, avec l’œuvre inoubliable d’Ambroise Croizat, ministre communiste qui créa la Sécurité sociale. Oui, le Parti communiste français a joué un rôle décisif dans l’histoire de notre pays. Notamment pour promouvoir le progrès social.

Aujourd’hui, face à la morgue de classe de M. Macron, et à sa politique dévastatrice pour les plus démunis, il nous faut un Parti communiste fier de son histoire, et décidé à jouer un rôle moteur dans le rassemblement des forces de progrès. […] … à l’échelle de l’Europe, enchaînée naguère par Jean Monnet au capitalisme et à l’atlantisme pro-américain, et qui n’est qu’une caricature de la belle idée européenne telle que l’a rêvée Victor Hugo. […]

Au Parlement européen, les élus communistes ne manqueront pas de combattre une économie dévoyée par des financiers indifférents au sort des laissés pour compte. Il est temps de refonder l’Europe sur la justice sociale et la responsabilité écologique, sans oublier la laïcité, idéal d’émancipation plus actuel que jamais.

Je souhaite un beau succès à Ian Brossat et à sa liste pour que la France de notre regretté Jean Ferrat parle haut et fort à Bruxelles. » Henri Peña-Ruiz Philosophe, écrivain, maître de conférences à Sciences Po Paris


Hugo Domenach. Revue « lepoint.fr ». Titre original : « Européennes : nouveau coup dur pour Jean-Luc Mélenchon ». Source (extrait)


Note tout à fait personnelle.

Devant la salmigondis présentée par les 34 listes de prétendants à l’élection européenne, où chacun déverse sa hargne, parfois son incompétence, voir sa malhonnêteté, nous n’entendions pas poursuivre ou porter éclairage sur telle ou telle candidature prétendant emporter les suffrages des électeurs, pas plus que rentrer dans le jeu des organismes de sondage, ou d’éditorialistes, politologues trop souvent perverti en valet du pouvoir en place. Pour autant que personne ne se trompe nous n’entendons pas à titre personnel jouer la carte de l’abstention, du vote blanc inutile; mais ce que nous voterons ne regarde que l’isoloir. Si nous avons fait exception en postant l’article paru dans le point, c’est uniquement pour souligner combien est décrier à la fois l’Europe populiste (la montée de l’extrême droite de tristes souvenirs) qui se profile et le positionnement européen ultralibéral de la Macronie, rejeté même par la presse de droite … qui pourtant lui fut d’un grand secours lors de son élection. MC