Étiquettes

Et voici la flèche Macron !

Au cours du Conseil des ministres du 17 avril, entièrement consacré, on le sait, à la reconstruction de Notre-Dame, Franck Riester a insisté, un rien solennel, sur la nécessité de « s’appuyer sur le savoir-faire des fonctionnaires du ministère de la Culture, notamment sur les services des monuments de France ».

Emmanuel Macron a paru approuver le propos avant d’en prendre le contre-pied, en annonçant qu’il avait décidé, ce jour, de nommer comme responsable des travaux le général Jean-Louis Georgelin, ex-chef d’état-major des armées.

« Tout le monde connaît sa détermination », a-t-ilajouté, précisant qu’ils’agissait d’éviter « des débats pas possibles sur tel ou tel point technique dont on ne sortira jamais ».

Et Macron d’expliciter

« J’ai donné une échelle de cinq ans pour terminer la réfection de Notre-Dame C’est une échelle humaine. J’ai vu cette dame à la télé qui habite juste en face de Notre-Dame s’interroger sur la durée des travaux. Il faut que cette dame puisse se dire : « Oui, dans cinq ans, je reverrai la toiture refaite. » Il ne faut pas que cette dame se dise : « Je ne reverrai jamais Notre-Dame reconstruite. » Pour arriver à cela, il faut bousculer les habitudes, voire les procédures. »

A la suite de quoi le chef de l’Etat a pris un air grave pour aborder la question, omniprésente dans les conversations et dans les médias, de la fameuse flèche de Notre-Dame ajoutée par Viollet-le-Duc au XIXe siècle : faut-il, ou non, la reconstruire ? … et, si oui, dans son état initial ou pas ?

« Je suis résolument favorable à l’édification d’une flèche ! s’est-il écrié. Je propose que l’on décide de la reconstruire et qu’ensuite on ouvre un concours d’architecture. On en conclura peut-être qu’il vaut mieux reproduire au plus près celle de Viollet-le-Duc, ou peut-être irons-nous vers une création montrant que le patrimoine est vivant et que Notre-Dame peut évoluer avec son temps. »

Les ministres ont compris le message sur marquer l’Histoire, Macron veut sa flèche bien à lui. Après tout, Giscard a bien son musée d’Orsay, Chirac son musée des arts premiers, Mitterrand sa pyramide…

[Est-ce qu’un sculpteur comme César Baldaccini aurait « gratifier » la cathédrale Notre-Dame de Paris d’une flèche ayant la forme d’un splendide doigt montant vers le ciel… (Que chacun aurait pu interpréter à sa façon).

Est-ce qu’une flèche « moderne » choquera ?

Quelle était l’attitude des Français en apercevant la flèche construite par Viollet-le-Duc sur la cathédrale, alors qu’elle n’en comportait pas auparavant ? MC]


Article non signé paru dans le Canard enchaîné du 24/04/2019


[Est-ce qu’un sculpteur comme César Baldaccini aurait « gratifier » la cathédrale Notre-Dame de Paris d’une flèche ayant la forme d’un splendide doigt montant vers le ciel… (Que chacun aurait pu interpréter à sa façon). Est-ce qu’une flèche « moderne » choquera ? Quelle était l’attitude des Français en apercevant la flèche construite par Viollet-le-Duc sur la cathédrale, alors qu’elle n’en comportait pas auparavant ? MC]