Étiquettes

, , ,

Selon un article de Médiapart récemment paru, Alexandre le démoniaque aurait toujours au moins un, voire des comparses en place, dans la cellule « protection » Élyséennes.

Il se nomme, Christian Guédon, et comme Alexandre Benalla avant qu’éclate l’affaire qui le concerne, il apparaît sur de nombreuses photos aux côtés d’Emmanuel Macron. Et pour cause : c’est le garde du corps principal du président de la République, placé à ce poste par Alexandre Benalla lui-même dans des conditions dérogatoires.

C’est ce que révèle Médiapart dans une enquête parue ce 22 mars 2019. Le média d’enquête a pu consulter son C.V., ses fiches de paie, et révèle qu’il a continué à être en contact avec M. Benalla après son départ de l’Élysée.

Un recrutement atypique 

[…] Christian Guédon, est un ancien membre du Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN), qui a déjà été garde du corps d’Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle. A partir de décembre 2016, il était sous les ordres d’Alexandre Benalla, devenu chef de la sécurité du mouvement En Marche !. Il a ensuite été intégré au Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) dans des conditions particulières.

En effet, M. Guédon avait quitté la gendarmerie depuis plusieurs années (en 2010) quand il a été recruté dans le GSPR, ce qui n’est pas conventionnel. Normalement, le GSPR n’est en effet composé que de fonctionnaires de police et de militaires de la gendarmerie. La hiérarchie de la gendarmerie s’y était opposée, mais le président de la République avait finalement obtenu gain de cause.

Dans leur rapport d’information, les sénateurs de la commission d’enquête sénatoriale sur l’affaire Benalla s’étaient étonnés de cette nomination atypique : « Alors même que le recrutement des agents du GSPR ne relève, en théorie, que du chef du GSPR, au moins un agent aurait été recruté au sein du GSPR après avoir été recommandé par Alexandre Benalla ». 

Entendu le 19 septembre 2018 en commission, Alexandre Benalla a reconnu avoir joué un rôle dans ce recrutement, en disant « qu’il serait bon qu’il rejoigne les rangs du GSPR ». Médiapart nous en apprend plus sur le profil de ce personnage. Selon l’enquête, il avait ouvert en 2002 la « cellule ouverture fine au GIGN ». Sur son C.V., il revendique ainsi être un spécialiste des « techniques d’ouverture discrètes des serrures de bâtiments et véhicules à des fins judiciaires ». 

Par la suite, M. Guédon est parti dans le privé, au sein de l’entreprise Gallice Security. Pour celle-ci, il s’est rendu en Afrique, où il a notamment formé les forces de sécurité gabonaises avant la coupe d’Afrique des nations (CAN) de 2012.

Macron et Guédon boxent régulièrement ensemble. Mediapart affirme enfin que Christian Guédon a noué « une relation particulière avec le président », et que « les deux hommes boxent dans les sous-sols du Palais de l’Élysée » régulièrement. D’ailleurs, dans une séquence filmée par Quotidien, on voit M. Guédon se faire chambrer par le président, et répliquer : « Enfoiré ! », « Oh le salaud ! ». 

Pour finir, Médiapart a eu connaissance du fait que Christian Guédon est resté en contact avec Alexandre Benalla après l’éclatement de l’affaire. « Christian Guédon était donc un autre point de contact, jusqu’ici méconnu, de Benalla au sein de l’Élysée. Jusqu’à quelle date exacte ? Impossible de le savoir », conclut Médiapart.


Rédigé par le service actu des « Inrocks ». Titre original : «  “Médiapart” révèle l’existence d’un nouveau personnage dans l’affaire Benalla ». Source (extrait)