Étiquettes

, , ,

Avec Macron ce sont toujours les mêmes qui touchent le dessert.

Il est une décision de justice […] rendue le 18 mars, qui va faire jurisprudence, le Conseil d’État, saisi par le militant écologiste grenoblois Raymond Avrillier, ordonne la communication de l’accord secret, récemment dévoilé par Médiapart, conclu en 2015 par Emmanuel Macron, alors ministre de l’économie, et la ministre de l’écologie Ségolène Royal, avec les sociétés concessionnaires des autoroutes

Militant pour les droits démocratiques, Raymond Avrillier, qui fut maire adjoint de Grenoble, est très connu pour conduire des combats citoyens, avec obstination, contre la corruption, ou contre l’opacité que l’État […]a mené un long combat juridique (et démocratique) pour que le pacte secret conclu en 2015 par Emmanuel Macron […]soit dévoilé.

Raymond Avrillier a d’abord saisi la Commission d’accès aux documents administratifs qui a rendu le 9 juillet 2015 un avis favorable à la communication de ce protocole secret. Mais le ministre de l’économie, Emmanuel Macron, n’a pas respecté cet avis et a gardé le secret sur ce protocole.

Raymond Avrillier a donc par la suite saisi le tribunal administratif, qui lui a de nouveau entièrement donné satisfaction, par un jugement du 13 juillet 2016. Mais ledit ministre, Emmanuel Macron, s’est pourvu en cassation. Et l’affaire est donc arrivée devant le Conseil d’État.

Dans une première décision, prise le 3 octobre 2018, le Conseil d’État a d’abord demandé communication de l’accord, avant de décider si le droit permettait qu’il soit rendu public […]. Et puis, finalement, le Conseil d’État s’est prononcé sur le fond, par cette décision rendue le 18 mars […].

L’opacité si chère à Emmanuel Macron (il a tout autant cherché à en jouer lors de la privatisation de la société de gestion d’Aéroport de Toulouse-Blagnac) est donc battue en brèche grâce à l’opiniâtreté de Raymond Avrillier.

Sur le fond, on connaissait déjà le contenu de ce protocole secret : Médiapart l’a publié in extenso le 13 janvier dernier. Commentant ce pacte, l’auteure de l’article, Martine Orange, faisait valoir qu’à la lecture du document, on comprenait mieux la résistance de l’État à le rendre public, soulignant que l’accord secret était une capitulation complète de l’État face aux concessionnaires autoroutiers. […]


Laurent Mauduit, Médiapart. Titre original « Autoroute : l’omerta voulue par Macron battue en brèche. ». Source (extrait)