Étiquettes

Absence de toute contrainte pour les riches milliardaires britanniques, ils ont une conception toute particulière du Brexit, qui consiste à s’exiler de Grande-Bretagne pour planquer ailleurs leur fric en Europe, et non pas à faire sortir la Grande-Bretagne de l’Union européenne !

Le « Times » (7/3), qui appartient lui-même au milliardaire australo-américain Rupert Murdoch, a mené l’enquête. Sur les 93 milliardaires britanniques (en livres) qu’il recense, 28 ont déjà choisi ou se préparent à choisir l’exil fiscal… Près d’un tiers de fiers patriotes !

Le grand quotidien a décidé d’élargir l’enquête après l’annonce du départ prochain pour Monaco de sir Jim Ratcliffe, partisan du Brexit, fondateur du groupe chimique Ineos, dont la fortune est estimée à 21 milliards de livres, qui s’économiserait ainsi 4 milliards d’impôt !

Autre « brexiter » en fuite, débusqué par le « Times » : Simon Nixon, fondateur du groupe MoneySuperMarket, s’est épargné 168 millions de livres d’impôts en se domiciliant d’ores et déjà à Jersey. Outre Monaco et les îles Anglo-Normandes, la Suisse ou encore le Portugal ont aussi les faveurs de ces « brexités » en mal d’exil.

En tout, quelque 6 800 Britanniques contrôlent à distance 12 000 entreprises implantées au Royaume-Uni depuis un pays à plus faible taux d’imposition, révèle le quotidien. Mais avoir mis la Manche, voire un océan, entre eux et le fisc de Sa Gracieuse Majesté ne les empêche pas de faire des donations aux partis politiques british, tel lord Ashcroft, résident au Belize, qui a refilé 500.000 livres au Parti conservateur en 2017.

Le Brexit, oui, mais d’abord pour les pauvres qui restent au pays !


Signé: D. F. – Le Canard enchaîné 13/03/2019