Étiquettes

,

Coup de théâtre. Alors que l’hypothèse d’un référendum le jour des élections européennes semblait définitivement écartée, ce scénario revient sur la table.

La possibilité de coupler cette consultation des Français au scrutin européen du 26 mai a en tout cas refait surface, mercredi soir [06 Mars 2019], au cours d’un dîner secret organisé l’Élysée par le chef de l’État. Plusieurs membres du gouvernement et des responsables de la majorité étaient convoqués pour évoquer l’atterrissage politique du grand débat et les élections européennes.

Autour du président de la République Emmanuel Macron étaient présents le premier ministre Édouard Philippe, le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, le chef de file des députés macronistes Gilles Le Gendre, le patron de La République en marche (LREM) Stanislas Guerini et les responsables du MoDem François Bayrou et Marielle de Sarnez, le directeur de la campagne des européennes Stéphane Séjourné, et plusieurs ministres dont Jacqueline Gourault (Cohésion des Territoires), François de Rugy (Transition écologique et solidaire), Bruno Le Maire (Économie et Finances), Gérald Darmanin (Action et Comptes publics), Sébastien Lecornu (Cohésion des Territoires) ainsi que la secrétaire d’État Emmanuelle Wargon (Transition écologique et solidaire). Le président du groupe LREM au Sénat, François Patriat, était convié, mais n’a pu être présent.

Un long repas, selon les participants, qui s’est achevé à 23h30 et au cours duquel chacun devait présenter des propositions pour l’atterrissage politique du grand débat. « Le référendum au moment des européennes est encore sur la table et reste une option. Ce sera arbitré fin mars », confie l’un des convives. « Macron veut se laisser le choix », glisse un autre.

Cette réunion a eu un effet collatéral inattendu. Prévue depuis le début de semaine, elle a conduit à annuler une étape du déplacement d’Emmanuel Macron dans les Alpes-de-Haute-Provence. Et pas n’importe laquelle: le chef de l’État souhaitait faire une halte à Forcalquier, dans le fief de son ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, avant son débat à Gréoux-les-Bains, à 35 kilomètres de là. Las, il a dû rester à l’Élysée mercredi soir et n’a décollé de Paris

Réunion à Matignon

Place Beauvau, les équipes se tiennent prêtes depuis plusieurs semaines pour permettre d’organiser une telle consultation le 26 mai, même si le délai de trois mois qui doit théoriquement être observé pour organiser un référendum est déjà dépassé.

Au début du mois de février, plusieurs responsables macronistes avaient toutefois fait part de leurs réserves quant à l’opportunité d’adosser un référendum aux élections européennes.

Pour beaucoup, à l’instar de François Bayrou, ou encore de la ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau, cette hypothèse portait « le risque d’occulter l’enjeu européen ».

D’autres proches du chef de l’État y voyaient « un triple avantage: technique, politique, tactique ».


Mathilde Siraud, Marcelo Wesfreid, Le Figaro – Titre Original : « Référendum : Macron cogite encore ». Source (Extrait) –