Étiquettes

, ,

Cyril Hanouna, porte-voix autoproclamé des précaires et des sans-grade, ne tient pas à évoquer l’affaire des intermittents de Canal Plus qui bossent pour lui et dont le salaire baisse.

Depuis le 1er janvier, comme l’a raconté « Le Canard » (30/1), ces techniciens de « Balance ton post ! » et de « Touche pas à mon poste ! » perdent des dizaines d’euros sur leur fiche de paie chaque jour travaillé. Mais, pour l’animateur au grand cœur, le sujet n’est sans doute pas vendeur.


Je vous dois chères lectrices, chers lecteurs, d’être honnête, cet amphitryon présentateur est loin d’être ma tasse de thé. Il y a deux raisons à cela ; la première étant qu’il est facile d’ironiser sur le dos d’autrui, la deuxième est de, sans jouer les intellectuels de services ni le moralisateur, de noter qu’il n’y a majoritairement dans ce genre d’émission qu’un colportage de ragots assaisonnés d’une sauce vulgaire, parfois « gauloise » de comptoir. Pour donner des leçons de morale, il faut être soi-même, exempt de tout reproche, de toute atteinte possible, le Cyril des bonnes œuvres n’est pas spécialement l’exemple bien calé dans sa niche. MC


Aucune émission, aucun débat sur ces belles pratiques de l’audiovisuel, pas un mot, pas même un tweet ! Aucune indignation non plus de la part de ses chroniqueurs, pourtant capables de disserter pendant des heures sur la sexualité des pandas.

La vedette de C8 fait dire par ses proches qu’elle refuse de commenter « cette baisse des salaires ». A ses yeux, il s’agit d’« un sujet Canal Plus » (« Télé Star », 30/1). Depuis deux mois et demi, pourtant, Hanouna, entouré de gilets jaunes, s’émeut de la chute du pouvoir d’achat des Français.

Et, dans les coulisses des shows « hanounesques », l’organisation du travail ressemble à s’y méprendre à celle que dénoncent ses amis : « Les riches gagnent toujours plus, et les pauvres toujours moins. » Revue de détail…

Tout petit personnel

Dans « Touche pas à mon poste ! » et « Balance ton post ! », au sommet de la pyramide, se trouve d’abord le patron : celui qui passe à la télé. Pour sa boîte H20 Productions, Cyril Hanouna dispose d’un contrat de 250 millions d’euros, que Canal lui a signé pour cinq ans (50 millions par an). Comme le montrent les documents tombés dans le bec du « Canard », sa société lui verse un salaire de près de 40.000 euros par mois (39.228 euros en 2017 ; 38.616 en 2016).

Bien sûr, ces émoluments mensuels ne représentent qu’une petite partie de ses gains. Hanouna se verse chaque année des dividendes au montant gardé secret.

Sa société H20, qui ne publie plus ses comptes depuis 2015, réalisait déjà cette année-là 5,9 millions d’euros de bénefs, et distribuait 4,5 millions de dividendes, dont la moitié à son fondateur…

A l’étage au-dessous, il y a les chroniqueurs. Ceux-ci passent aussi à la télé et touchent de 300 à 500 euros net par émission. Sans risque que leurs cachets baissent… [Soit pour un-e chroniqueuse-eur présent tous les jours ouvrables : 22 jours en fev. de 6.600 à 10.000€ – MC]

Encore au-dessous : les employés de H20 Productions, dont une partie de permanents. Pas vraiment des précaires non plus, et plutôt considérés. Soucieux de soutenir leur bienfaiteur de patron, ces braves ont même indiqué sur Twitter, la semaine dernière, avoir reçu « une prime de 1.000 euros de fin d’année ».

Enfin, en bas de l’échelle : les techniciens intermittents, mis à disposition et payés par Canal, qui usinent dans l’ombre à la journée ou à la semaine. Ici, ni sécurité de l’emploi ni prime. Et ce sont ces pistonnés qui, depuis un mois, subissent une baisse — jusqu’à moins 30 % — de leur cachet !

Mais le « gilet jaune » Hanouna ne va tout de même pas se fâcher avec un grand groupe de télé pour si peu…


Christophe Nobili – Le Canard Enchaîné – Mercredi 06 Fev. 2019