Étiquettes

,

En annonçant le 26 décembre 2018 que les États-Unis ne pouvaient plus être les gendarmes du monde – déclaration accompagnant l’annonce du retrait des forces spéciales américaines de Syrie et la diminution du contingent américain en Afghanistan – Donald Trump a créé un choc dépassant en ampleur les habituelles secousses telluriques faisant suite à ses déclarations.

Les alliés – européens, asiatiques et golfiques – ont de nouveau été atteints du syndrome de l’abandon.

  • Comment allaient-ils assurer leur sécurité si le protecteur traditionnel et omniprésent faisait subitement défaut ?
  • Était-il, de surcroit, moral et pertinent d’abandonner les Kurdes, qui avaient joué un rôle important dans la lutte contre Daesh, à leur propre sort ?
  • N’était-il pas prématuré de se retirer de Syrie avant que Daesh soit définitivement et complètement vaincu ?
  • Il y eut une tempête de protestations.
  • Le secrétaire à la Défense Jim Mattis (il est vrai donné sortant depuis déjà quelque temps) annonçait sa démission le 1er janvier 2019. S’en suivit une succession d’annonces contradictoires sur l’ampleur et le calendrier du retrait.

Les propos de Trump sont-ils scandaleux ou infondés ? Obama avait déjà fait le même constat, en ne voulant pas être entraîné dans une intervention militaire en Syrie, en ayant résisté au maximum à être entraîné dans celle en Libye, et ne l’avoir fait qu’à la suite d’une pression maximale d’Hillary Clinton. Il devra d’ailleurs par la suite regretter d’avoir cédé.

De même, les États-Unis sont intervenus de façon très minimale au Sahel, en se limitant à un soutien logistique à la force internationale. Mais si Obama avait déclaré que les États-Unis ne pouvaient plus être le gendarme du monde comme vient de le faire Trump, il aurait été immédiatement dénoncé pour défaitisme et accusé d’affaiblir le leadership américain. Trump, en prenant pour slogan de campagne « Make America Great Again » n’avouait-il pas implicitement que les États-Unis n’avaient plus les moyens d’être comme auparavant le gendarme du monde, rejoignant ainsi le constat d’Obama ?

La communauté stratégique américaine[1] a quasi unanimement critiqué cette déclaration de Trump. Pourtant, son argumentation ne vaut-elle pas d’être prise en considération quand Trump déclare que les interventions militaires américaines du XXIe siècle (Afghanistan, Irak, Libye) avaient été des catastrophes ?  Celles-ci ont effectivement été extrêmement coûteuses sur le plan économique pour les États-Unis, sans apporter aucune victoire stratégique, et de surcroît, elles ont augmenté et non pas diminué l’hostilité à l’égard des États-Unis dans les régions concernées.

Bref, les vies des soldats américains avaient initialement été perdues pour aider des peuples ingrats qui n’en tiraient aucune reconnaissance pour les États-Unis. C’est en négligeant les besoins intérieurs américains (sociaux, infrastructures, etc.) que Washington avait dilapidé des fortunes pour des contrées lointaines, où il n’y avait pas d’intérêts stratégiques majeurs.

Les alliés avaient déjà paniqué lors de l’élection d’un président qui avait annoncé haut et fort sa fatigue des alliances et des coûts qu’elles représentaient pour les États-Unis et sa volonté de normaliser les relations avec la Russie. Heureusement à leurs yeux, la relation Washington-Moscou ne s’est pas améliorée depuis 2016, malgré la volonté de Trump. Au contraire, des sanctions additionnelles ont été adoptées et Trump, satisfait de l’engagement de dépenses militaires (et de l’achat d’armes américaines) des différents alliés, ne remettait plus en cause le système existant.

Les émissaires américains et leurs relais en Europe, voulant étouffer toute perspective d’autonomie européenne, allaient répéter dans les différentes capitales du vieux continent qu’une telle perspective serait dangereuse, car elle accélérerait un éventuel découplage de la sécurité de l’Europe et des États-Unis, au moment même où Trump s’était rallié à cette idée. Ils argumentaient aussi sur le fait que s’il y avait, du fait des déclarations du président américain, des turbulences dans l’alliance atlantique, l’OTAN, la structure civilo-militaire nécessitait, elle, une base solide et pérenne.

Le début de l’année 2019 a été marqué par la démission, au 1er janvier, du secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, « l’adulte dans la pièce », celui qui rassurait les alliés européens justement parce qu’il était conscient de la nécessité des alliances et du respect des engagements par les États-Unis.

Il apparaissait comme un rempart contre l’unilatéralisme de Trump. Mais de quel rempart s’agissait-il ? Mattis était tout simplement partisan de la politique de l’hégémonie libérale. Il était en faveur de l’Alliance atlantique, parce qu’il avait compris qu’elle était non pas un cadeau fait par les Américains aux Européens, mais le moyen de maintenir l’impérialisme de Washington sur l’Europe et d’empêcher l’émergence d’une quelconque volonté d’autonomie.

Certes, Mattis avait plaidé pour le respect de l’accord nucléaire iranien. Mais il voulait augmenter encore le budget militaire américain pour le faire passer de 717 à 760 milliards de dollars. Trump, qui lors des deux premières années de son mandat avait augmenté le budget de 120 milliards, voulait, lui, marquer une pause. Mattis estimait que cela était dangereux face à la menace de la montée des crédits militaires russes et chinois, qui pourtant, avec respectivement 61 et 170 milliards de dollars en 2017, sont loin de flirter avec les sommets du Pentagone.

Si la communauté stratégique américaine, néo-conservateurs et libéraux réunis, a quasi unanimement fustigé les propos de Trump, l’opinion publique, elle, est plus en phase avec l’argumentation du président américain. Toutes les enquêtes d’opinion le prouvent, les élites américaines sont plus « interventionnistes » et le peuple américain plus « isolationniste ». Trump remet frontalement en cause l’hégémonie libérale qui est l’alpha et l’oméga de la diplomatie américaine depuis la fin de la guerre froide. Or cette théorie est également remise en cause, non dans une série de tweets ou de déclaration à l’emporte-pièce, mais dans un livre solidement documenté et magistralement argumenté par un universitaire américain, Stephen Walt. J’y reviendrais.


Propos de Pascale Boniface – IRIS lettre N° 700 (accès libre) – Source


[1] Les journalistes, experts des think tanks, analystes du département d’État et du Pentagone, généraux à la retraite, etc.