Étiquettes

Arrestation de lycéens à Mantes-la-Jolie.

 

Ont-ils tué, attenté à la sécurité de l’État, certes la vidéo n’indique pas la genèse ayant amené à ce déploiement de force par les services de sécurité, mais pour certains d’entre nous la façon dont sont traités les gamins ne peuvent nous empêcher de nous remémorer d’affreux souvenirs ….

Bien évidemment il faut condamner toutes les exactions perpétrées par des casseurs plus ou moins professionnels. Bien évidemment il faut de la sévérité et ne pas hésiter à punir les débordements.

De là avoir ce genre de choses ….


« Ces images sont impressionnantes, mais aucun jeune n’a été blessé, ni maltraité, nous n’avons enregistré aucune plainte », tient à souligner le préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot. « L’image est forcément choquante (…). Quand j’ai vu ces images moi-même, j’ai évidemment été choqué », a reconnu le ministre de l’éducation, interrogé par France inter, vendredi matin.

« Les lycéens ont voulu bloquer l’entrée du lycée, situé au fond d’une impasse, mais ils ont vite fait demi-tour, car les policiers, qui étaient en planque tout autour, les attendaient, détaille un résident. Comme la veille, ils ont ensuite voulu les attirer vers le Val-Fourré, sauf que les forces de l’ordre étaient réparties des deux côtés de la rue. Du coup, ils se sont tous fait coincer derrière la Maison des associations-Agora, située en face du lycée Saint-Exupéry, là où les vidéos ont été tournées. »

Ces images ont suscité nombre de réactions indignées.

  • « Glaçant, inadmissible. Cela n’est pas la République. La jeunesse française humiliée. Mais que cherche le pouvoir sinon la colère en retour ? », s’est interrogé le leader de Génération.s, Benoît Hamon, sur Twitter.
  • « Intolérable », a commenté l’ancienne ministre et directrice générale d’Oxfam France Cécile Duflot ;
  • « images inacceptables », a appuyé Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris.

Le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis Eric Coquerel a dénoncé une « violence inacceptable et humiliante ».


le Défenseur des droits ouvre une enquête

Le Défenseur des droits a annoncé vendredi 7 décembre ouvrir une enquête au lendemain de l’interpellation controversée de 151 jeunes près d’un lycée de Mantes-la-Jolie (Yvelines).

Cette enquête portera « sur les conditions dans lesquelles se sont déroulées des interpellations de lycéens à Mantes-la-Jolie », a précisé l’autorité indépendante, qui rappelle être chargée de « veiller au respect de la déontologie » des forces de l’ordre et de défendre « l’intérêt supérieur de l’enfant ».