70 % soutiennent toujours les gilets jaunes.

Les événements de Paris le samedi 1er décembre n’ont rien a voir avec le soutien des Français pour les gilets jaunes

Au lendemain du troisième samedi consécutif de mobilisation, un sondage commandé par RTL et M6 à l’agence Harris Interactive révèle que 72 % des Français soutiennent le mouvement des « gilets jaunes ».

Les violences qui ont éclaté un peu partout dans le pays, et notamment sur les Champs-Élysées, sont néanmoins condamnées par 85 % des Français, tandis que 90 % d’entre eux considèrent que le gouvernement n’a pas été « à la hauteur des événements ».

Le sondage a été effectué en ligne sur un échantillon de 1 016 personnes, âgées de 18 ans et plus, représentatif de la composition sociale de la population française.

Une deuxième liste de prétendants

Dimanche dernier, un premier comité de « gilets jaunes », présentant une liste de 8 « porte-parole » du mouvement s’est manifesté, publiant un « communiqué officiel ». Certains membres ont été reçus au ministère de la Transition écologique et solidaire la semaine dernière, mais la rencontre a tourné court.

Parmi les « gilets jaunes », nombreux se sont inquiétés sur les réseaux sociaux que certains cherchent à devenir les leaders du mouvement. Parmi les figures médiatiques qui ne furent pas choisies pour cette liste et qui ne participèrent pas à l’élection de ses membres, tous se sont insurgées contre l’illégitimité démocratique, selon eux, de cette initiative.

Cette fois-ci, c’est au tour de ces mêmes délaissés de se mettre en avant. Ils ont annoncé dans une tribune parue dans le JDD se « [tenir] à la disposition du Premier ministre pour un premier rendez-vous ». À la demande d’Emmanuel Macron, Édouard Philippe a annoncé qu’il recevrait ce lundi « les chefs de partis représentés au Parlement ainsi que des représentants des ‘gilets jaunes’« .

Vers une sortie de crise ? 

Dans cette tribune, les nouveaux représentants, condamnant les violences, prennent soin de rappeler d’abord que « les gilets jaunes sont des millions, nul n’a le monopole de leur expression ni de leur représentation ». Ils appellent néanmoins à être « responsables et [offrir] au gouvernement une porte de sortie à la crise », pour « [construire] un projet viable et crédible, dans l’intérêt de tous ».

Parmi leurs revendications, on note la tenue d’« États généraux de la fiscalité », l’organisation d’une « conférence sociale nationale », la mise en place d’assises « territoires et mobilités », de référendums réguliers et du scrutin proportionnel aux législatives.

Grève générale

Chez les politiques, on soutient le mouvement ce lundi matin. Olivier Besancenot, sur France inter, encourage à se joindre au mouvement. « Ce qui manque actuellement c’est qu’on soit des millions », a-t-il déclaré avant d’appeler à la grève générale.


Nicolas Bove – les incorruptibles – titre original : « Après les événements de samedi, plus de 70 % des Français soutiennent toujours les gilets jaunes». Source


Chez les politiques, on soutient le mouvement ce lundi matin. Olivier Besancenot, sur France inter, encourage à se joindre au mouvement. « Ce qui manque actuellement c’est qu’on soit des millions », a-t-il déclaré avant d’appeler à la grève générale.

5 réflexions sur “70 % soutiennent toujours les gilets jaunes.

  1. marie 04/12/2018 / 13:36

    Bonjour, je soutenais mais… maintenant je vois que cela tourne mal, ils sont incapables de s’entendre, même si ce que le gouvernement leur propose ce matin ne leur convient pas, il me semble qu’accepter cela permettrait de calmer le jeu, les gens sont de plus en plus violents, les casseurs font des émules, cela va servir à quoi de tout saccager, de tout piller?
    j’ai vu sur les images des personnes non cagoulées s’en aller avec une des vêtements , l’autre des plein les bras de parfums, et… ils avaient des gilets jaune, cela n’était sûrement pas les pionniers de ce mouvement pacifique, mais il faut se méfier , des casseurs, des pilleurs qui n’ont rien à voir avec le mouvement, comment trier?
    je suis horrifiée et j’ai peur! bien sûr le luxe des boutiques peut provoquer de l’envie, mais il faut se dire aussi que l’industrie du luxe se porte bien en France, cela donne des emplois, et puis s’opposer aux personnes qui travaillent dans les grandes surfaces, ce n’est pas une solution, tout le monde a les mêmes problèmes, tout le monde a des revendications.

    Je pense que les extrêmes se frottent les mains.
    Voilà mon ressenti de cet après-midi MTH

    • Libres jugements 04/12/2018 / 15:29

      Grand merci Marie de participer aux débats.

      Dans les grandes lignes je participe à votre réflexion. Par contre je l’ai dis dès le départ de ce mouvement, si l’étincelle provient de la hausse exorbitante du carburant en très peu de semaines, et surtout mal expliquée devenant très contraignante pour les usagers, notamment les usagers ruraux (nous ne reviendrons pas sur la ponction qu’il procure dans le pouvoir d’achat personnel des salariés pour se rendre sur leur lieu de travail) pas plus que sur les annonces maladroites de Macron (sur l’autre trottoir … l’augmentation du coût du baril c’est pas bibi, etc.) d’abord, de ses servantes et servant du mouvement en marche expliquant qu’il est absolument nécessaire de vous faire payer la taxe carbone la pollution, l’exigence de changer de véhicule, de changer de mode d’énergie, etc. etc. belles leçons de leur mentor qui lança sous Hollande un nombre hallucinant de cars en remplacement des trains SNCF et les concurrençant, découvrant en ouvrant les portes de l’Élysée les désastres écologiques alors que la sonnette a teinté avec un Monsieur qui s’appelait Dumont il y a de ça bon nombre d’années.

      Que les extrêmes en politique se frottent les mains je n’en disconviens absolument pas, reste l’écologie, le climat, les déforestations, l’extension du rendement des terres exploitables à grande échelle en utilisant des produits toxiques autant pour la flore la faune que les humains que nous sommes la destruction de la planète bleue doit interpeller bon nombre d’entre nous.

      Maintenant regardons de plus près toutes les industries dans le monde ne payant aucune taxe envers les pollutions qu’ils engendrent à commencer par le nombre de camions sur les routes, les navires de toute activité, les différentes usines de par le monde, l’aviation, et j’en oublie certainement.

      Alors oui quand tout sera réglé effectivement les gilets jaunes n’auront plus aucune raison de revendiquer. Par contre posons-nous la question de la facilité avec lesquels les casseurs ont pu commettre leurs dégradations, larcins, etc. et de ce côté même, si le peu de policiers en charge de cette manifestation ont fait le maximum, tournons-nous du côté du gouvernement; quel était l’intérêt à laisser faire des exactions ?

      en vous souhaitant de passer une bonne après-midi
      cordialement
      Michel

      • marie 05/12/2018 / 08:58

        Bonjour je suis persuadée que les forces de l’ordre ne devaient pas intervenir , cela était fait pour décrébiliser le mouvement, et grâce à mon grand âge , cela s’est déjà fait, ma mère et mon père  » des petits ouvriers’ manifestaient et en rentrant ma mère disait: « ils , le gouvernement , a fait sortir de prison des voyous pour tout casser, j’ai aussi toujours penser que l’écologie n’était ni de gauche , ni de droite, et qu’elle est mondiale,et c’est bien là aussi un problème pourquoi la France serait plus vertueuse que les autres nations? si tout le monde ne fait pas un effort on court à la catastrophe. Bonne journée Amicalement MTH quand je pale de mes parents c’était vraiment pour « manger » qu’ils protestaient, pas pour aller au restaurant ni en vacances, je ne me souviens pas d’avoir une seule fois manger au restaurant avec mes parents dans mon enfance, quand je fus mariée à un viticulteur, nous n’avions pas grand chose, et là aussi pas les moyens de partir en vacances, je pense que les gens sont plus envieux maintenant, la valeur travail n’existe plus. C’est mon sentiment , il n’est pas , bien sur , de l’imposer à quiconque.

        • Libres jugements 05/12/2018 / 12:31

          Merci Marie pour ce commentaire,

          Concernant les casseurs de samedi dernier place de l’Étoile, j’ai à peu près la même analyse que vous; peut-être ajouterai-je que ce « débordement » a peut-être été laissé sciemment se dérouler ou tout au moins il a arrangé les discours des gouvernants qui pensaient discréditer le mouvement des gilets jaunes auprès de la majorité de ceux qui les soutiennent (dont je suis).

          Sur le plan des revendications, étant né en 1941, j’ai connu dès ma pré-adolescence de nombreuses revendications ouvrières, dont certaines (la gréve des mineurs) ont été « matées » de façons très douloureuses, par les forces de l’ordre de l’époque, n’hésitant pas à tirer parfois dans la foule.

          Au niveau de l’écologie, il faut bien reconnaître que la prise de conscience née entre les années 70-80 ne portait que sur la protection de la nature et la manière d’y parvenir. L’écologie verte de l’époque était avant tout une écologie de bon sens n’entrait nullement dans les projets des partis politiques. Je reste à penser que l’écologie est avant tout une manière de vivre, de partager la planète, et doit être mise hors de toutes atteintes productivistes la détruisant.

          Comme il devrait être interdit de faire la guerre, il devrait être interdit de détruire la planète.

          Au niveau de la société. La société de consommation installer quelque temps après mai 68, a mise à disposition du plus grand nombre avec le crédit « ouvert » à la consommation, toutes les formes de production en équipements divers (ménager, automobile, immobilier, loisirs, etc.) qui a fait qu’un couple nouvellement marié ou tout simplement « pascè », entend vivre dans un univers où l’électroménager est présent, tout comme les loisirs, le transport personnel, etc.

          Nous serions hors du temps de ne pas prétendre que cela est une avancée par rapport à la société que nous avons connue, ou lave-linge, lave-vaisselle, micro-ondes, petit électroménager, télévision, jeux vidéos, sonorisations diverses, chauffage central et bien d’autres petites choses que j’oublie, n’existait même pas dans les catalogues, uniquement dans quelques représentations futuristes qui nous semblaient fort éloignées.

          Mais cette avancée technologique nous a tous plus ou moins aliéné au modernisme, à la dépendance, et dans le même temps nous a fait perdre l’indépendance vis-à-vis de l’argent, à contraint bien des salariés à « bouffer des couleuvres » d’un patronat auxquelles on a forgé des lois à sa mesure.

          Il serait temps que notre société réfléchisse à son comportement individualiste, ce n’est pas comme ça que nous ferons changer les valeurs, que sera composé l’équité de la valeur humaine.

          Bien évidemment je ne prétends nullement donner la leçon à quiconque, juste faire part de mon raisonnement d’un père de famille nombreuse qui a 77 ans, qui pense que rien n’est définitif, qui ne pense pas que la mentalité humaine soit mauvaise, qui considérera toujours la socialisation comme essentiel.

          En toute cordialité
          Michel

  2. jjbey 04/12/2018 / 22:52

    Le gouvernement a tiré la corde plus qu’il n’était possible en taxant en augmentant la CSG en laissant les prix filer…… Les taxes sur le gasoil et l’essence n’ont fait que déborder le vase. Les revendications sont claires: suppression des taxes , augmentation du SMIC, suppression de l’augmentation de CSG, indexation des retraites……. toutes revendications des travailleurs et retraités qui ont manifesté par milliers voire millions contre ces « réformes » qui ne visaient qu’à enrichir les riches et qui ont bien appauvris les pauvres. Ce mouvement va s’amplifier se structurer et le gouvernement ne sait sur quel pied danser. Il devra reculer sinon la déflagration risque de tout emporter.

Les commentaires sont fermés.