Étiquettes

,

 Officiellement, en ce 11 novembre 2018, le président américain Donald Trump était furieux. Des féministes aux seins nus déboulant sur les Champs-Élysées, alors que sa limousine blindée remontait l’avenue, en pleine commémoration du centenaire de l’armistice de 1918…

Décidément, ces frenchies ne sont pas sérieux ! Comment ont-ils pu laisser commettre « une attaque sextrémiste (sic) contre le cortège blindé de Trump », selon le communiqué de victoire de ces intrépides militantes ?

On frémit en imaginant les risques majeurs qu’elles auraient encourus si le président américain leur avait ouvert sa portière pour une amicale balade.

Aujourd’hui, nos amazones sans monture se retrouvent inculpées d’« exhibition sexuelle et entrave à la circulation ». Donald Trump reviendra-t-il dare-dare les défendre ?

On parie que cette « attaque » restera le meilleur souvenir de son itinérance française.

Ah ! les petites Femen de Paris !

Hélas ! tous les invités n’ont pu en profiter. Pendant que l’inoffensif commando se rhabillait au commissariat, Macron, avec son discours sur la paix, faisait deux victimes de poids : Gérard Larcher, le président du Sénat, et Sa Grandeur Mohammed VI, le roi du Maroc, filmés piquant un roupillon aussi profond que pacifique.

Ces deux-là, pour les réveiller, il aurait fallu une armée de Femen.

Article signé F. P. – Le Canard Enchaîné – 14/11/2018.


Capture d’écran

[…] Deux militantes seins nus sur lesquels étaient inscrits « hypocrisy parad » et « gangsta party » ont sauté par-dessus les barrières de sécurité. Une troisième militante positionnée un peu plus haut sur l’avenue a fait de même. « La France célèbre la paix avec cette cérémonie, mais la moitié des chefs d’État invités sont responsables de la plupart des conflits dans le monde », a déclaré peu après à l’Agence France-Presse Constance Lefèvre, une militante Femen présente sur place.

La veille, trois militantes Femen avaient brièvement manifesté sous l’Arc de triomphe, seins nus et poing en l’air, en criant : « Welcome war criminals » (Bienvenue aux criminels de guerre). Leurs torses étaient peints du slogan : « Fake peacemakers, real dictators » (Faux pacificateurs, vrais dictateurs). Selon Tara Lacroix, militante de 24 ans, l’une des militantes arrêtées, elles venaient « protester contre la venue de chefs d’État qui font honte à la paix. La plupart sont des dictateurs qui ne respectent pas les droits de l’homme dans leur pays. »

Après avoir été placées en garde à vue dans la foulée, elles ont été convoquées au commissariat pour le 25 mars. Le ministre de l’intérieur Christophe Castaner a déclaré que « la sécurité du cortège et du président des États-Unis n’a été en rien menacée ». [Ben l’affaire est sauve alors  ! MC ]


Le Monde – Source (Extrait)