Ça ne passe pas !

L’enquête du Cevipof témoigne que les réformes gouvernementales passées ou en cours pèsent sur le moral des maires.

Seule trouve grâce à leurs yeux : la loi de 2014 interdisant le cumul d’un mandat exécutif local (au premier chef, celui de maire) et d’un mandat parlementaire.

  • 55 % c’est une bonne décision,
  • 34 % une mauvaise décision
  • 11 % qui ne tranchent pas.

Hormis ce satisfecit, les autres changements engagés ces dernières années suscitent de vives critiques. C’est évident pour la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) de 2015, qui redéfinit les compétences spécifiques de chaque collectivité locale.

Les trois quarts des maires, quelle que soit la taille de leur commune, jugent que le renforcement des pouvoirs des intercommunalités a eu un impact négatif sur les conditions d’exercice de leur mandat. Le jugement est tout aussi sévère sur les transferts de compétences de l’état vers les collectivités locales opérés depuis une dizaine d’années.

68 % des maires jugent négativement la réorganisation des services de l’état dans les régions et les départements. Ce qui, à leurs yeux, est vrai sur le plan institutionnel l’est plus encore en matière financière.

D’une manière générale, quatre maires sur cinq (79 %) considèrent que « l’état cherche à reprendre la main sur la capacité d’action des municipalités », au détriment, en particulier, de leur capacité d’investissement. Leur attitude à l’égard de la suppression progressive de la taxe d’habitation engagée par l’actuel gouvernement le confirme de façon éloquente.

Sans surprise, les trois quarts des maires déplorent une « perte d’autonomie financière pour la commune » et s’inquiètent du fait que les dotations compensatrices promises par l’état « ne sont pas des ressources garanties sur le long terme ».


Gérard Courtois, Le Monde –Titre original : « Les réformes gouvernementales suscitent de vives critiques » – Source (extrait)


 

4 réflexions sur “Ça ne passe pas !

  1. Le blog de Jean Trito 18/11/2018 / 08:36

    La decentralisation n’est pas toujours bien vue des français, elle est perçue comme un facteur daugmentation des inégalités entre territoires, puisque les moyns ne sont plus mutualises au niveau national. Mais ce que cherche le giuvernement, cest aussi des economies, plus que dd l’égalité.

  2. jjbey 18/11/2018 / 21:29

    Démocratiquement dépouillés de moyens, privés de compétences, il ne leur restera bientôt plus que la sortie des écoles et le dépôt des gerbes au monument aux morts. Leur rôle se rétrécit et la suppression de la case mairie est bien prévue dans les objectifs de la macronerie.

  3. fanfan la rêveuse 19/11/2018 / 06:13

    Bonjour Michel,
    Encore un triste constat, que notre municipalité valide aussi…

  4. tatchou92 19/11/2018 / 19:07

    C’était pourtant le plus humaniste des mandats !
    Solidaire de leur ras le bol quasi unanime !

Les commentaires sont fermés.