Étiquettes

Enfoncer une porte ouverte ou une logique illogique.

Europe Écologie Les Verts (EELV), tout en admettant que « le ras-le-bol sur l’augmentation du carburant est compréhensible », en estimant anormale que «  les sommes perçues par le gouvernement servent à renflouer les caisses vidées par les cadeaux fiscaux faits aux plus riches ».

« L’intégralité » du produit de la taxation carbone doit être « allouée à la transition énergétique », défend un élu EELV.

À rebours, l’Union des démocrates et des écologistes (UDE) critique la hausse des taxes. « C’est une forme de mépris des territoires ruraux, des Français les plus modestes, qui font encore une fois les frais de cette écologie punitive », dénonce son délégué général, Mathieu Cuip, « qui se refuse toutefois à manifester. »

Clivage entre ruraux et urbains

Même si elle soutient ces taxes, Sandra Regol, la porte-parole d’EELV, évoque également ce clivage entre ruraux et urbains. Elle dresse notamment un lien avec la réforme de la SNCF, contre laquelle EELV a manifesté au printemps dernier. « On ne peut pas taxer le carburant et démanteler les petites lignes de train ». Et ajoute: « On taxe le pétrole mais pas le kérosène des jets privés! ».

Un argument également partagé par Audrey Pulvar, la présidente de la Fondation pour la nature et l’homme, autrefois dirigée par Nicolas Hulot. « Nous ne sommes pas tous égaux devant la taxe carbone. Elle touche avant tout les ménages les plus modestes, ceux qui habitent loin de leur lieu de travail et qui n’ont pas d’autre solution que de prendre leur voiture pour aller au boulot. En revanche, cette taxe ne touche pas les principaux pollueurs: les secteurs aérien ou routier, qui bénéficient de multiples exonérations », a-t-elle regretté lundi dans les colonnes de Libération.

Les annonces d’Emmanuel Macron envers les plus modestes sont diversement appréciées. « On n’avait pas encore de propositions pour ceux qui n’avaient pas d’alternatives. C’est chose faite. C’est une réponse aux préoccupations sans rien lâcher sur notre ambition climatique », se félicite Matthieu Orphelin, député LaREM.

Par rapport aux milliards rapportés par la taxe carbone, « ce n’est pas lourd », tance Yannick Jadot. « Réaction décevante. Il ne faut pas être manichéen. L’État c’est un budget, il faut aussi financer la santé, l’éducation », rétorque Daniel Cohn-Bendit, ex-égérie d’EELV devenue macroniste.

Personne ne répond aux inquiétudes des ruraux dont les trains sont absents depuis plusieurs décennies et les transports en cars faméliques, pas plus qu’ils n’apportent de réponse à tous les français sur le pouvoir d’achat. MC


Tristan Quinault-Maupoil, Le Figaro, titre original : « Les Verts soutiennent la hausse du gasoil » source (Extrait)