Étiquettes

, ,

Deux ans après son élection, les républicains perdent en effet le contrôle de la Chambre des représentants, où ils étaient majoritaires depuis 2010, et gardent le contrôle du Sénat mais dans une conjoncture qui leur était extrêmement favorable.

Selon les dernières estimations du New York Times et du site de datajournalisme FiveThirtyEight, les démocrates, qui avaient besoin de 23 sièges de plus à la Chambre pour reconquérir la majorité, devraient en gagner environ 35. Au Sénat, les républicains améliorent leur position et pourraient passer de 51 sièges à 55 mais ce résultat s’avère trompeur : ces deux victoires ne sont pas symétriques.

Institutionnellement, la victoire des républicains au Sénat est la plus importante car il s’agit de la plus puissante des deux chambres. Celle qui valide les nominations au sein du cabinet et surtout celles des juges nommés par le président, dont ceux de la Cour suprême : en en nommant deux depuis le début de son mandat, Trump a déjà rendu celle-ci plus conservatrice, et il n’est pas exclu que d’autres sièges deviennent vacants dans les deux années à venir (deux des juges les plus à gauche de la Cour, dont l’icône féministe Ruth Bader Ginsburg, ont plus de 80 ans).

Électoralement, en revanche, la victoire des démocrates à la Chambre des représentants, qui va leur permettre de bloquer le programme de Trump et de lancer des enquêtes sur ses affaires, est plus significative puisque l’intégralité de ses 435 sièges étaient renouvelés.


Jean-Marie Pottier – Les Inrocks – Titre original : « Les « midterms » prouvent que Donald Trump est un président tristement normal » –