Étiquettes

, ,

Avant d’entamer l’article consacré à un « éventuel amendement » de la loi 1905 sur la séparation de l’église et l’État, posons-nous la question pourquoi cet amendement … et subsidiairement, a qui profite-t-il ?

Ne soyons pas naïfs les élections européennes, puis celles des municipales sont l’inquiétude de Macron et de son mouvement « En marche » d’une part,  que d’autre part le mouvement « en marche » ; de par son intransigeance, ces propositions et votes a l’assemblée ayant pour conséquences de restreindre le pouvoir d’achat, ces dissidences interne, font perdre du crédit à ce mouvement, auprès des classes laborieuses et des retraités, ainsi que bon nombre d’électeurs contraint de « voter » Macron  par défaut au deuxième tour lors de la présidentielle 2017.

Il reste pas moins qu’à travers cet/ou ses amendements, c’est une reconnaissance du culte islamique dans les lois de la république française. Si cela ne changera en rien mon athéisme, il n’en sera pas de même pour d’autres  personnes (quelques soient leur horizon politique) qui verront certainement dans cette intégration cultuelle, l’acceptation de l’islam, ses mosquées, ses lois coraniques, ses dévotions, ses habillements, son calendrier, … et … l’arrivée importante de migrants.

Comme d’habitude cet amendement est présenté sous la belle forme d’une solution démocratique à divers problèmes, chacun en aura une lecture.

Est-ce trop prémonitoire de se  demander a quel moment Macron et sa bande exigeront d’inclure le culte dans un CV ou dans la carte d’identité ?

Cet amendement sera-t-il présenté avant les élections européennes ou après pour des raisons purement électoralistes ?  A suivre.  MC


Macron pourrait amender la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État pour accompagner la restructuration de l’Islam de France sur laquelle le chef de l’État planche depuis un an et demi.

 […] «  Il est possible que – la loi de 1905 – soit de nouveau amendée », a commenté la ministre de la justice, Nicole Belloubet, sur France Inter, lundi matin.

[…] Face à la poussée de l’intégrisme islamiste, le gouvernement veut adapter la loi de 1905. « Les objectifs sont de responsabiliser les gérants des lieux de culte, de prévenir les dérives et de réduire l’influence étrangère », confie un conseiller du président  […]. Pour cela, le projet à l’étude prévoit de créer une « qualité cultuelle » des associations, qui leur conférerait de nouveaux droits mais aussi de nouveaux devoirs.

Avec l’idée que ce statut soit suffisamment incitatif pour convaincre les associations cultuelles de l’adopter. Aujourd’hui, elles sont quelque 4.000 qui relèvent du statut de la loi de 1901, assorti de certaines -caractéristiques leur permettant d’être régies par la loi de 1905 et donc de bénéficier des avantages fiscaux qui y sont liés. Mais, -notamment dans le culte musulman,- certaines structures préfèrent rester sous le régime général de 1901, et s’épargner ainsi les obligations de transparence assorties.

[…] L’argent au cœur de la réforme.

Le gouvernement envisage en effet de permettre aux futures associations cultuelles de « posséder et administrer » des immeubles pour en tirer des revenus locatifs, affectés au culte. Des ressources propres qui favoriseraient leur autonomie financière.

[…] elles pourraient à l’avenir recevoir des aides de l’État « pour -réparations et rénovation énergétique », alors qu’elles n’ont aujourd’hui accès à aucune subvention publique. En diversifiant les ressources de ces associations, l’exécutif veut « limiter l’influence étrangère sur le sol français ».

Le texte prévoit dans cette optique qu’elles soient soumises à de nouvelles obligations en matière de transparence financière. Il prévoit aussi que l’administration puisse s’opposer à tout apport supérieur à 10.000 euros (qui doit lui être notifié), et ce « aux fins d’assurer le respect de l’ordre public et de la sécurité publique ». Il s’agit, précise la note, de « réduire les capacités d’influence et de mainmise d’acteurs étrangers étatiques, -paraétatiques et privés ». […]


Virginie Malingre, Le Monde – Titre Original : « Macron envisage d’amender la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État » – Source (Extrait)