Étiquettes

Voilà ce qui préoccupe les médias étranger … ils s’en associent alors que franchement, ce n’est pas celui des Français … MC

Vu de l’étranger. « Pourquoi un président se fait-il photographier avec deux rappeurs torse nu, dont l’un a le pantalon baissé dévoilant son caleçon et l’autre fait un doigt d’honneur ? » continue de s’interroger le quotidien canadien Le Devoir, un mois après la visite d’Emmanuel Macron aux Antilles.

« L’affaire serait banale si elle ne s’inscrivait pas dans toute une série de déconvenues qui ont rythmé depuis trois mois la descente d’Emmanuel Macron au plus bas des sondages, poursuit le journal de Montréal. Même s’ils ont flirté avec la même impopularité à leur époque, Nicolas Sarkozy et François Hollande n’avaient pas connu une telle série de couacs en si peu de temps, un an et demi après leur élection. »

Le Devoir évoque une “traversée du désert d’Emmanuel Macron” depuis cet été et la révélation de l’affaire Benalla, le garde du corps présidentiel filmé en train de molester des manifestants le 1er mai. Depuis, deux ministres d’État ont quitté le gouvernement, Nicolas Hulot puis Gérard Collomb.

« On pense aussi à ces mots adressés par Emmanuel Macron à un jeune horticulteur lui conseillant de ‘traverser la rue’ pour trouver du travail dans l’hôtellerie, écrit le quotidien. Sans oublier cette étrange allocution [après le remaniement] devant une fenêtre de l’Élysée dans le clair-obscur, au cours de laquelle le président n’a strictement rien annoncé, sinon qu’il poursuivait ses réformes. »

D’après le Times, […] « Emmanuel Macron, quadragénaire et bourreau de travail, est connu pour son habitude d’envoyer des SMS à ses conseillers à 3 heures du matin. D’après l’Élysée, le président devrait […] se reposer […] avant plusieurs jours de déplacements pour les commémorations du centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale », relate le quotidien britannique. « Le quadragénaire aurait-il surestimé ses forces ? »

« Il est plus probable qu’il se soit trompé sur les préférences des Français. S’ils ont voulu élire un surdoué, la plupart ne veulent pas d’un inlassable arriviste. »


Corentin Pennarguear – Courrier International – Source(Extrait)