Étiquettes

, ,

Analyses

La bataille des européennes s’annonce difficile. […] A gauche comme à droite, de nombreux responsables politiques a priori Macron-compatibles ne croient pas – ou ne croient plus – que cette campagne pourra se résumer à la confrontation des nationalistes, incarnés par le président hongrois Viktor Orbán, et des progressistes, dont Emmanuel Macron prétend être le porte-drapeau.

Réuni lundi soir, le bureau exécutif de La République en marche a officiellement validé la nomination de Stéphane Séjourné au poste de directeur de cette périlleuse campagne.

Bon soldat. Pour mettre son camp en ordre de bataille pour les européennes, Macron a donc choisi de se séparer de l’un de ses plus précieux collaborateurs. A 33 ans, le très discret Séjourné fait partie de la garde rapprochée, cette petite poignée de jeunes militants passés par le Mouvement des jeunes socialistes et engagés depuis le début dans l’aventure En marche. […]

[…] Il quitte l’Elysée et son confortable salaire pour une mission plutôt risquée. Rares sont ceux qui parient aujourd’hui sur une victoire du progressisme macronien en mai. […]  … les sociaux-démocrates, qui jugent Macron décidément trop à droite, pourraient se laisser tenter par une autre «liste de rassemblement», celle d’une gauche humaniste et écolo que pourrait fédérer Ségolène Royal.

Séjourné s’interdit le moindre mot désagréable sur cette possible candidature. […]  Il veut croire qu’en matière d’écologie, l’ancienne candidate à la présidentielle saura reconnaître que Macron «porte une voix crédible en Europe». […] «Je ne doute pas que Ségolène Royal, dont l’engagement et le pragmatisme sont connus, regardera attentivement ce que nous faisons», conclut le directeur de campagne, laissant transparaître une certaine inquiétude


Alain Auffray, Libération – Titre original : « Européennes : Stéphane Séjourné, du combat anti-CPE à l’UE pro-Macron » – Source (Extrait)


Selon « Le point », qui est Stéphane Séjourné – un trentenaire silencieux et discret. Conseiller politique du président, il est l’œil de Macron et le sésame des élus macronistes pour accéder à l’Élysée.