Étiquettes

, , ,

On se souvient peut-être d’un gros titre de Télérama qui, pendant la campagne présidentielle du printemps, avait retenu l’attention : « Et la culture, bordel ! », où l’hebdomadaire déplorait à juste titre la quasi absence de la question culturelle des débats et des programmes des candidats.

Qu’en est-il aujourd’hui … d’abord que disait Françoise Nyssen le 24 sept 2018, de son budget 2019 alors que sa présence à la tête de « la culture », à été controversée tout au long de son mandat  et éliminée, remplacée, lors du remaniement d’octobre au « profit » de Franck Riester

La présentation du budget de la « culture » par Françoise Nyssen le 24 sept 2018 ne sert qu’à masquer un budget plus que maigrichon (en tous cas très en dessous du taux antérieurement préconisé de 1% du budget national) qui annonce ainsi, un désengagement de l’état !

Les points du budget « culture 2019 » : (Si je détaille c’est pour montrer le peu d’impact qu’aura ce budget sur l’activité culturelle nationale – MC)

  • Constat de fortes inégalités géographiques, avec clivage Paris/provinces. J’ai renforcé crédits déconcentrés. + 30 millions € pour les DRAC en 2019, après 30 m€ en 2018
  • J’ai renforcé le budget dédié au patrimoine de 5 % l’an dernier, et j’ai décidé de sanctuariser le budget patrimoine, 326 m€ pour monuments historiques
  • Le fonds de 15 m€ pour les petites communes, en aide à l’entretien de leur patrimoine, sera reconduit en 2019.
  • L’opération Loto du patrimoine sera pérennisée, nous attendons 15 à 20 millions d’€ de recettes….

(A propos du patrimoine et du loto qui lui est – du moins dans sa présentation par Stéphane Bern – normalement dédié, il est intéressant d’entendre Gérald Darmanin – « Les « recettes fiscales » du loto du patrimoine iront-elles… au patrimoine ? Non, reconnaît G. Darmanin. Si les bénéfices iront bien au patrimoine (entre « 15 et 20 millions d’€ »), le montant des taxes ira « au budget de l’État ». Mais ce n’est pas « la poule aux œufs d’or » ».)

  • Plan culture près de chez vous : 6,5 millions d’€ dédiés au plan l’an prochain, comme cette année
  • Le plan Bibliothèques fait ses preuves, nous avons même dépassé les objectifs : ns accompagnons 265 bibs alors que nous en attendions 200
  • En moyenne, 6h d’ouverture supplémentaires par semaine. Projets avec 80 bibs, dans zones prioritaires, rurales ou en centres villes désertés
  • 2 millions € supplémentaires pour DGD fléchée vers les bibs en 2019
  • Hausse du budget de plus de 50 % pour la formation artistique des jeunes : 114 millions d’€. L’an prochain, 2 millions d’€ supplémentaires
  • Pass Culture : « Nous entrons dans la phase d’expérimentation. Les jeunes pourront suivre cours, s’abonner à plateforme VOD, commander livres
  • Nous procéderons aux ajustements après cette expérimentation. 29 millions d’€ supplémentaires en 2019.
  • À l’heure où certains voudraient réduire la France à un prénom, la diversité culturelle n’est pas acquise
  • La hausse de la CSG sera compensée dès cette année et sera pérennisée en 2019. Nous continuons concertation, qui n’avait pas eu lieu depuis 5 ans. 18 millions d’€ mobilisés
  • Le secteur culture a un devoir d’avant-garde. Au sein de mon ministère, les femmes gagnent 10 % de moins que les hommes. 500.000 d’€ sur le quinquennat pour rattraper ces inégalités
  • Le secteur culturel doit s’engager plus largement, avec une meilleure représentation de la diversité.
  • Le ministère contribuera à la restauration du château de Villers-Cotterêts dès 2019 pour en faire un lieu de création et d’exposition dès 2022.
  • Les emplois des DRAC seront sanctuarisés l’année prochaine. Les 50 postes non remplacés concerneront l’administration centrale
  • Priorité donnée à formation artistique et culturelle nécessite une organisation adaptée, une évaluation de nos politiques. Nous y travaillons
  • Renforcer le ministère, c’est aussi rémunérer l’ensemble de nos agents à la hauteur de leur engagement. 7 millions d’€ en 2019 à ce titre
  • Ns devons transformer nos méthodes, nous devons améliorer l’évaluation et le suivi de nos soutiens et de nos politiques
  • Chaque euro dépensé doit pouvoir être tracé et son impact mesure.
  • 60 ans après la création de ce ministère, l’état sera plus que jamais engagé pour le financement de la culture en France. Budget de choix, de conviction et d’engagement.

Maintenant c’est au tour de Franck Riester de gérer le budget et il connait la priorité des dossiers qui l’attendent. C’est un spécialiste des questions liées à l’audiovisuel qui a été nommé et son CV en atteste.

Rapporteur en 2009 des deux projets de loi sur la propriété littéraire et artistique sur internet, il deviendra membre du collège de la Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet. Franck Riester a également été administrateur de l’INA (Institut national de l’audiovisuel) de 2013 à 2017, et de la chaîne LCP de 2008 à 2017. Il était également un membre de la commission des affaires culturelles à l’Assemblée Nationale.

Cela tombe bien : une large et importante réforme de l’audiovisuel public devrait être soumise au vote de l’Assemblée nationale en mars 2019.

Après … pour le reste du budget de la culture, Franck Reister aura certainement une vue plus personnelle de la répartition de l’enveloppe du budget obtenu par la précédente ministre


Sources diverses ont constitué cet article. MC