Étiquettes

,

Un candidat aux prochaines élections européennes, Ian Brossat est interviewé par la rédaction du « Télégramme de Brest » il apporte une analyse qui a tous les ingrédients du bon sens.

Une analyse qu’il faut lire, analyser … pas parce qu’elle émane d’un parti (Fusse-t-il communiste) … mais bien comme une nécessité de réunir sur des buts précis, la « société de gauche » actuellement éparpillée.

Disloquée d’abord par les volontés gouvernementales  depuis 81 et insidieusement dissimulées depuis la gouvernance Macron, également par des querelles et volontés de statures personnelles « de personnalités de la gauche », annihilant ainsi toutes possibilités d’obtenir des élus, des représentations dans les hémicycles et de possibilités d’influences.

Question : Votre parcours d’élu parisien ne vous a pourtant jamais conduit à vous intéresser particulièrement aux questions européennes ?

Ian Brossat. Je suis conseiller de Paris depuis 2008 et adjoint au logement depuis 2014. J’ai constaté que, pour changer la vie quotidienne des habitants, il est souvent nécessaire d’activer le levier européen. Ainsi, lorsque nous régulons les plateformes de locations touristiques, nous constatons qu’elles mènent un puissant lobbying auprès de la Commission européenne, au point de menacer nos dispositions. […]

Question : Quel sera votre message pour cette campagne ?

Ian Brossat. L’Union européenne, aujourd’hui, c’est la mise en concurrence partout et la justice sociale nulle part. Le Smic varie de un à huit, d’un pays à l’autre. Il est donc urgent de mettre en place une harmonie sociale par le haut. Sinon, c’est la jungle. Savez-vous qu’en Bretagne, il y avait 715 travailleurs détachés en 2005 et qu’ils sont maintenant huit fois plus ? C’est la conséquence d’un insupportable dumping social. L’Union doit mettre en place des règles contraignantes pour en finir avec cette concurrence déloyale. […]

Question : Avec une liste autonome, vous prendriez le risque de ne pas avoir d’élu.

Ian Brossat. Méfions-nous des sondages, si loin du but. C’est à la fin du bal qu’on paye les musiciens. Cela étant, je regrette, moi aussi, que la gauche soit si dispersée. […]


Télégramme de Brest  – Titre original «  »Ian Brossat: »Pour s’exprimer, la gauche doit se retrouver » » – source (Extrait)


Note : Ne nous croyez pas naïf, si nous avons posté cet article c’est qu’il contient analyses et questions qu’il faut se poser concernant l’Union Européenne, non parce qu’elle émane de X ou Y. Même si cette interview et réponses paraissent simplistes, elle contient dans les réponses de Ian Brossat, bon nombres de questionnements le plus souvent absents des discours « conventionnels », concernant « l’utilité et les pouvoirs de L’UE ». Dans tous les cas il faut combattre les démarches et idéologie néo libérales présentées par la Macronie ; la société salariale et la démocratie n’ont rien à y gagner. MC