Étiquettes

, ,

Le mouvement MeToo a été tellement massif que chacune a donné du courage aux autres, et la parole de l’une a finalement entraîné la parole de l’autre. Tout cela a produit un effet particulièrement frappant et a montré un envers du décor inquiétant.

Lorsque les femmes ont vraiment l’audace de raconter ce qu’elles vivent et le monde tel qu’elles le connaissent, c’est un monde très différent de celui qui est toujours décrit majoritairement par des hommes. Le cas d’Uma Thurman est très révélateur. L’actrice a démonté tout à coup l’aura qui entourait le film Kill Bill et son réalisateur en disant : “J’incarnais une héroïne super puissante mais j’étais complètement démunie, manipulée et mise en danger.” Alors que l’image à laquelle nous étions habitués était celle d’une tueuse qui porte des combinaisons moulantes. C’est assez étonnant d’imaginer tout à coup ce que serait un monde où toutes les femmes diraient la vérité.

Donald Trump a parlé de chasse aux sorcières à propos des femmes qui accusaient certains hommes de harcèlement sexuel…

Oui, ce qui est un contresens total. Au XVIe siècle, les femmes qui dénonçaient des violences sexuelles étaient souvent accusées de sorcellerie par les agresseurs. Encore aujourd’hui, on voit bien que les dénonciatrices sont toujours des sorcières. L’audition de Christine Blasey Ford, qui accuse d’agression sexuelle le juge Brett Kavanaugh, montre à quel point c’est encore extrêmement violent de s’exposer. Les femmes qui dénoncent risquent d’être traînées dans la boue.

De quoi l’affaire Weinstein a-t-elle été le révélateur ?

D’un énorme ras le bol, de l’impression que cela dure depuis trop longtemps. L’élection de Donald Trump, un prédateur sexuel avéré, à la tête des Etats-Unis, a peut-être aussi été un élément déclencheur. Les Américaines étaient déjà excédées à cause de cette situation, et l’opinion féminine commençait à être à cran sur les éventuels reculs des droits des femmes. La circulation horizontale de la parole a aussi beaucoup joué en amont. Depuis que l’internet grand public existe (blogs, réseaux sociaux), tout le monde a le moyen de faire entendre sa voix. Tout est devenu possible. En France, l’été avant le mouvement MeToo, le débat sur les violences obstétricales est né grâce aux réseaux sociaux. C’est comme si tous ces ruisseaux avaient fini par donner naissance à une grande rivière.

Peut-on parler d’une victoire du féminisme ?

C’est un mouvement sans précédent, mais il faut se méfier d’un éventuel retour en arrière. Il est encore un peu trop tôt pour savoir quel sera l’impact réel sur le long terme.


Fanny Marlier – Les Inrocks – Titre original : « Mona Chollet : “L’élection de Trump, prédateur sexuel avéré, a aussi été un élément déclencheur de MeToo” » – Source (extrait très partiel)