Étiquettes

,

Charles Aznavour est décédé : Paix à son âme … certes … mais son décès n’évitera pas de se poser plusieurs questions sur son comportement de son vivant … et la manière dont le gouvernement a tendance à instrumenter les hommages nationaux, certains a juste raison (Simone Veil, des soldats et policiers), d’autres décidés  (D’Ormesson, Hallyday, Aznavour) par pur besoins médiatiques de faire passer des pilules amères, oublier des déconvenues, des sondages humiliants. MC

Depuis plus de quarante ans, le chanteur a multiplié les démêlés avec le fisc français. […]

Charles Aznavour et le fisc, vaste sujet. Dès 1972, l’auteur-compositeur interprète, Français d’origine arménienne, s’exilait en Suisse, se disant victime d’un complot du giscardisme alors au pouvoir. Poursuivi pénalement pour fraude fiscale, il bénéficiera dans la foulée d’un non-lieu et en tirera cette morale toute personnelle : «J’ai répété mille fois que je n’étais pas parti, on m’a poussé dehors.»

 […] Principale ligne de défense fiscale du chanteur de la Bohème : il se revendiquait artiste international, sans attache locale particulière. « J’ai construit une carrière à l’étranger. » Va donc pour la Suisse, en sus de la France, des États-Unis ou de son Arménie d’origine.

Mais quid du Luxembourg, où il aurait logé en 2007 un holding intitulé Abricot SA (1), révélé au printemps par « Mediapart et le Soir »?

Le Grand-Duché est davantage connu pour ses douceurs fiscales que pour son appétence musicale. Quelques millions d’euros y transiteront, au risque de contredire – du moins de compléter – cette profession de foi aznavourienne selon laquelle il payait plus d’un million d’euros par an d’impôts en France.

…………………………………..          La suite est lisible via ce lien


Renaud Lecadre, Extrait d’un article paru dans « Libération »,  titré : Charles Aznavour et la fraude fiscale : la fausse note permanente » –