Mots-clés

, ,

Un thermocautère sur une jambe de bois ? Et si nous prenions la mesure des bruits de couloir selon « Le Figaro » le très droitier journal du jour, qui ne fait pas dans la dentelle vis-à-vis du locataire de la rue du faubourg saint-Honoré, s’ingéniant à contester régulièrement ses actions. MC

« L’avenir d’un ministre, c’est d’être ancien ministre » (Dixit Jacques Attali).

[…] Si Françoise Nyssen, ministre de la Culture ne se faisait plus guère d’illusions,  […] elle n’est pas la/le seul-e au gouvernement à sentir que l’heure des cartons a sonné.

[…] « Il faut un nouveau souffle », annonce désormais le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, au JDD. […]

[…] Signe des temps: le grognard Richard Ferrand, qui fut la tour de contrôle de la campagne avant d’être affaibli par ses démêlés judiciaires, revient au centre du jeu.

« Le président s’est bien rendu compte au moment de l’affaire Benalla qu’il n’avait plus personne pour monter au front, à part Ferrand et quelques rares autres, note un ami du chef de l’État. C’était le vide intersidéral. Il lui manque une armée. Il est trop seul en première ligne. »

Où débusquer les futurs renforts? […]

[…] Après la démission fracassante de Gérard Collomb, la société civile peut former l’ossature du futur gouvernement. « Elle doit peser davantage que les politiques dans l’équipe, le nouveau monde, ça doit être cela », argumente un macroniste historique. D’où les noms qui ont circulé avec insistance ces derniers jours pour la Place Beauvau (Jean Castex, François Molins, Frédéric Péchenard, Mireille Ballestrazzi…).

« L’avantage d’aller puiser dans la technostructure est que cela ne colore pas le remaniement, analyse un ancien parlementaire socialiste. Cela permet à Emmanuel Macron de continuer à dire qu’il ne change pas de politique. » […]

Si la réflexion sur les équipes prend tant de temps, c’est que le vivier est aussi limité du côté des politiques. […]

[…] Édouard Philippe, qui plaidait […] auprès du président pour un remaniement large, prononcerait alors son deuxième discours de politique générale, après celui du 4 juillet 2017, et solliciterait un vote de confiance de l’Assemblée nationale. Avec de nouveaux axes: plus de concertation, moins de distance avec les territoires et des mesures sociales. […]


Marcelo Wesfreid, Le Figaro – Titre original : « Remaniement : l’exécutif confronté à la faiblesse de son « vivier politique » – Source (Extrait)