PCF : Séisme ?

Pour le gouvernement quelle nouvelle aubaine ce « séisme » politique du PCF qui polarise les médias et leurs delegués d’organismes de sondages et politologues supers savants de rien du tout….  pendant ce temps-là est bien caché le « binz » « grand siècle » d’un remaniement devenue une nécessité pour éviter le naufrage complet du narquois marquis Élyséen, Emmanuel 1er. MC

Pour le journal Le Parisien – titre : « Un vote des adhérents désavoue la direction du PCF avant le congrès » – Source (Extrait très partiel)


[Selon la formulation idoine, 50 000 adhérents à jour de cotisation (ce n’est pas le nombre réel d’adhérents enregistré au PCF) se sont prononcés sur un choix de 4 textes qui déterminerons  les orientations stratégiques futures du parti, en plein doute existentiel après son absence de candidat à l’élection présidentielle l’année dernière.]

Le texte alternatif « Pour un manifeste du Parti communiste du XXIe siècle », défendu notamment par le chef des députés communistes André Chassaigne, est arrivé en tête avec 42,15 % des 30 172 suffrages exprimés. La proposition de « base commune » du Conseil national, « Le communisme est la question du XXIe siècle », n’arrive qu’en seconde position avec 37,99 % des suffrages exprimés. Deux autres textes ont récolté 11,95 % et 7,90 %. […]

Remarquons – bien inséré au cœur de cet exposé – que « Le Parisien » propose un article intitulé : « Que reste-t-il du Parti communiste ?

Pierre Laurent dans un communiqué, note « des résultats partagés » et « pas de majorité pour avancer ». « Les semaines qui viennent nous appellent toutes et tous au travail commun. Nous avons devant nous un immense débat […] »

Selon l’élu du Puy-de-Dôme, André Chassaigne, « au soir de ce vote, le PCF est dans une situation inédite : pour la première fois de notre histoire, le texte présenté par le conseil national n’est pas retenu ».


Pour Agathe  Mercante dans  l’Hebdo Politis.fr– La revue très proche du NPA – Titre  « Les militants communistes désavouent leur direction » – Source (Extrait très partiel)


J’en prends acte », a sobrement reconnu le secrétaire national, Pierre Laurent, dans un communiqué samedi soir. Un cruel désaveu pour le patron des communistes, qui briguait un quatrième mandat. Échec du Front de gauche, erreurs de communication, négociations avortées avec la France insoumise… Les signataires du « Manifeste » demandent à faire un inventaire rigoureux de l’action de la direction du PCF ces dernières années et, sans le nommer, de l’action du secrétaire national. Une position de faiblesse qui réduit les chances de Pierre Laurent de se maintenir à la direction du PCF. Déjà, bruissent les rumeurs de démission tandis que le nom Fabien Roussel, député et secrétaire départemental de la puissante fédération du Nord, est sur toutes les lèvres quand il s’agit d’envisager un successeur au sénateur de Paris. « On veut tout faire pour éviter que le parti ne s’organise en tendances. Le défi est de rassembler tous les communistes », assure le député du Nord au Monde. Mais si la victoire du « Manifeste » satisfait ses signataires, le texte n’est pas majoritaire.


Pour le journal « L’Humanité », sous le sobre titre : « Congrès PCF. Le « Manifeste » arrive en tête du voteSource (Extrait)


Les adhérents du PCF étaient invités jusqu’à ce samedi à choisir parmi quatre textes leur base commune de discussion, en vue de leur congrès de novembre. Pour la première fois, ils se sont prononcés pour un texte dit « alternatif » à celui proposé par leur Conseil national.

« En application de nos statuts, le texte « Pour un manifeste du Parti communiste du XXIe siècle » devient donc la base commune de discussion dont tou·te·s les communistes doivent désormais se saisir pour la travailler, l’enrichir de tous les débats et contributions jusqu’au terme du congrès, avec l’impératif d’une construction collective », précise la commission dans son communiqué

Déclaration de Pierre Laurent

Le vote des communistes n’a pas placé la proposition de base commune du Conseil national en tête. J’en prends acte. Je respecte les choix des communistes. Je note que les résultats sont très partagés. Nous avons une nouvelle base commune pour discuter et pas de majorité à ce stade pour avancer. Nous avons donc devant nous un immense débat à poursuivre sur nos choix et un immense défi à relever pour la construction commune, l’unité et le rassemblement des communistes jusqu’au congrès. Les semaines qui viennent nous appellent toutes et tous au travail commun. J’y mettrai toute mon énergie.

3 réflexions sur “PCF : Séisme ?

  1. jjbey 08/10/2018 / 19:00

    Les communistes ont choisi un texte de discussion et ils vont l’amender jusqu’au congrès extraordinaire. Rude travail mais quel autre parti peut prétendre à un tel travail démocratique?

    Le chef n’est pas un chef c’est un animateur de la politique décidée par l’ensemble des communistes et s’il n’est pas d’accord les adhérents rappellent aux observateurs que chaque communiste compte pour un et que seule leur décision collective a valeur de boussole pour la politique du Parti.

    Ceux que l’on appelle les dirigeants sont chargés de la mettre en œuvre sous le contrôle du Conseil National.

  2. tatchou92 08/10/2018 / 21:34

    La parole a été donnée aux adhérents, ils ont tranché : l’avenir de leur organisation est entre leurs mains.

  3. Libres jugements 09/10/2018 / 12:12

    Pierre Laurent : Nous avons donc devant nous un immense débat à poursuivre sur nos choix et un immense défi à relever pour la construction commune, l’unité et le rassemblement des communistes jusqu’au congrès. (…) J’y mettrai toute mon énergie.
     » Mais des rumeurs sur sa démission circulent déjà et une période de grande incertitude s’ouvre place du Colonel-Fabien. Beaucoup de ces questions seront résolues le samedi 13 octobre, lors du prochain conseil national (le  » parlement  » du parti).  » La démission ou non de Pierre Laurent n’est pas la question.
    Il va y avoir des discussions et c’est à Pierre de créer les conditions du rassemblement « , tempère Fabien Roussel, 49 ans, qui ne veut pas se prononcer sur sa possible accession au poste de secrétaire national du PCF. A la Fête de L’Humanité, mi-septembre, il déclarait pourtant que  » le pays a besoin d’un PCF ambitieux et conquérant. On a besoin d’un changement fort, il y a beaucoup de mécontentement.  »
    Du côté des frères ennemis de La France insoumise, on ne cache pas, en off, la satisfaction de voir Pierre Laurent mordre la poussière. Les relations entre lui et Jean-Luc Mélenchon sont exécrables depuis longtemps. Et certains  » insoumis  » préfèrent encore un nouveau secrétaire national  » hostile  » plutôt que de continuer avec Pierre Laurent.
    Les  » communistes insoumis  » devraient, par ailleurs, appeler leurs  » camarades  » à les rejoindre dans le giron mélenchoniste.
    Dans une note de blog au lendemain de la Fête de L’Humanité, -intitulée  » A bientôt camarades ! « , M. Mélenchon ne disait pas autre chose :  » Il s’agit de sauver les dialogues futurs. Ces dialogues reprendront, un jour ou l’autre, quand cette page – celle de Pierre Laurent à la tête du PCF – sera tournée par les communistes.  » Le message ne saurait être plus clair.

    Le Journal « Le Monde du 09 Oct 2018

Les commentaires sont fermés.