Étiquettes

Oui je sais ce n’est pas bien de pousser « un coup de gueule », de s’exprimer de cette façon, la classe serait de partir dans d’interminables analyses, argumentant sur les conséquences de l’apathie devant la perte de pouvoirs d’achats et les contraintes légalistes, en France, depuis quelques quinquennats …

Coup de gueule contre les médias qui ne relatent ni dans les JT, ni dans les émissions consacrées aux divers problèmes de la société, le désespoir de nombres de gens vivant en dessous du seuil de pauvreté, de maigres indemnités parce que chômeurs, handicapés ou de petits travaux précaires, même de salariés obligés de cumuler 2 voire 3 boulots pour vivre à peu près décemment, quant a la ponction exercée sur le montant des retraites (en prétendant que les retraités sont des privilégies) n’est que mépris envers les ex-actifs âgés dont ils se souviendront sous peu – Élections Européennes, Élections Municipales…

L’abus dans tous les médias diffusant l’info, d’experts de tous horizons (authentiques scientifiques, faux le plus souvent), exercent (où exerceront) chacun « drapé-enduit-crépit » dans leurs absolues vérités, assènent des positionnements en omettant de donner leurs sources, ne font que noyer le poisson, qu’éloigner-endormir toutes les personnes souhaitant la mise en place d’une autre société, que celle actuellement proposée, faite d’inégalités, gangrenée par son asservissement à la finance internationale. MC


Dérive dans le débat public

Dans certains cercles on appelle cela de « la polémique ». Je n’y crois pas. C’est surtout une stratégie visant à imposer les termes du débat idéologique et politique au détriment de la question sociale.

Encore cette semaine, entre les analyses psychiatriques auxquelles il faudrait soumettre la cheffe de l’extrême droite, les saillies de ce monsieur Zemmour bénéficiant d’une incroyable promotion pour son livre, la valorisation d’un abruti prétendant faire du rap soutenu par Dieudonné, les sorties de Yann Moix, et le débat politique de France 2 où on a fait s’affronter deux responsables de droites, le premier ministre et son ancien copain devenu président de son précédent parti, sur un seul thème : « l’immigration », ne visent qu’à créer un bain idéologique de couleur brunâtre poussant les idées et la politique toujours plus vers la droite.

L’extrême droite n’a même plus besoin de sortir, elle fait son beurre électoral de cette ambiance.

Prenons-y bien garde !


La lettre du 28/09/2018 de Patrick Le Hyaric