Étiquettes

,

Je m’appelle Perla Servan-Schreiber, je suis écrivaine et septuagénaire radieuse.

« Pourtant, je n’échappe pas à la réalité du vieillissement : l’agenda médical qui se remplit, les enterrements de gens que l’on aime, etc…

Nous ne pouvons pas changer la réalité, mais, en l’acceptant, nous pouvons la vivre mieux. Et si nous parvenons à l’accepter dans la joie, c’est encore mieux! ».

« Mes propos s’adressent d’abord aux personnes de ma génération, car nous sommes les plus touchées par le jeunisme ambiant et la peur de vieillir. Mais j’espère aussi transmettre un message aux plus jeunes, vieillir n’est pas une maladie! Je ne supporte pas l’idéologie anti-âge qui règne partout.

L’image des vieux dans notre société est terrible. On les parque, on les efface du champ public, en espérant ainsi effacer la mort. Pourtant, de nos jours, quand on entame sa vieillesse, la mort est encore loin, vu l’espérance de vie actuelle! Et 90 % des nonagénaires ne sont pas malades.

Je me trouve présentable, gaie, active. J’essaie de m’entretenir, d’avoir de l’allure, mais je suis en paix avec mon âge, que gagnerais-je à être en permanence en état de guerre ? D’autant que le combat est perdu d’avance! Céder aux sirènes diaboliques de la jeunesse éternelle, cela peut rendre la vieillesse horrible au lieu de la rendre joyeuse. Il ne faut pas combattre son âge mais l’accompagner.

C’est du travail de vieillir au mieux de soi ! Et c’est primordial pour que les autres aient toujours envie de venir vous voir, car le drame de l’âge, c’est quand il vous isole.

Vivre entourée, permet de rester dans la vie et le monde d’aujourd’hui. Pour bien vieillir, il faut aussi savoir ouvrir la porte à ce que l’âge permet : d’abord, une liberté formidable !

Vous n’avez plus de vie à construire, plus d’enfants à élever. Vous n’êtes plus sous le regard des autres. Vous êtes enfin assez vieille pour être vous-même.

Ensuite, la disponibilité aux autres : on a plus de temps pour eux, c’est essentiel. On peut encore découvrir des mondes différents, rencontrer toutes sortes de gens de grande qualité. Il y a la découverte de cette humanité, c’est merveilleux!

Nous retraités de tous âges, ayons l’ambition de montrer qu’il y a une autre vie après la jeunesse… et que la vieillesse ne consiste pas forcément à « déposer son bilan » ! »


D’après une interview de Perla Servan-Schreiber – Lu dans Femina N° 860