Mots-clés

, , , ,

[Avant de commencer à lire l’article de L. Joffrin permettez-moi de donner un avis. Ardisson (que je fuis comme la peste réincarnée) est un habitué des Buzz dans ses émissions, lorsque ce n’est pas lui c’est son compère L. Baffie qui lance plus ou moins adroitement un sujet polémique. Lorsque l’audience « baisse » une semaine, soyez sur que l’invité de la semaine suivante est fort bien choisi pour assurer le charivari nécessaire afin que les medias s’en mêlent ...

D’habitude j’évite de commenter ce genre de propos qui ne mènent a rien au final sauf que la Eric Zemmour, le digne successeur d’un Mauras et Compagnie, dépasse cette fois l’entendement et devrait être lourdement sanctionné pour ses dérives outrancières, indignes d’être perpétrées qui plus est, sur des personnes qu’elles soient elles. Comme le dit fort bien la chroniqueuse attaquée c’est un outrage à la France qu’il fait là. MC]

Invité de l’émission de Thierry Ardisson, Salut les Terriens, Eric Zemmour développe son réquisitoire habituel contre les familles qui donnent à leurs enfants des prénoms de consonance étrangère. Regrettant que les prénoms des nouveau-nés devaient, jusqu’en 1993, être choisis «dans le calendrier», c’est-à-dire, selon lui, parmi les saints de la tradition chrétienne.

Présents sur le plateau, Natacha Polony, Gilles-William Goldnadel, Hapsatou Sy, (également chroniqueuse chez Ardisson).

Le dialogue entre Zemmour et la jeune femme mérite d’être cité :

Eric Zemmour : « Votre mère a eu tort de vous appeler ainsi. Elle aurait dû prendre un prénom du calendrier et vous appeler Corinne par exemple, ça vous irait très bien. »

Hapsatou Sy : « Jamais je n’ai entendu quelque chose d’aussi blessant. Parce que pour moi qui aime ma France, qui aime ce pays, que ça vous plaise ou ça vous déplaise, je trouve que ce que vous venez de dire n’est pas une insulte à mon égard, c’est une insulte à la France. »

Eric Zemmour : « C’est votre prénom qui est une insulte à la France. La France n’est pas une terre vierge. C’est une terre avec une histoire, avec un passé. Et les prénoms incarnent l’histoire de la France. »

Soucieux de ne pas encourir de poursuites, les producteurs coupent le dernier échange au montage. Mais dans la polémique qui s’ensuit, alors qu’elle est violemment attaquée sur « les réseaux », ce pilori moderne, Hapsatou Sy décide de le mettre en ligne pour prouver sa bonne foi.

Lâcher d’un ton glacial que ce prénom « est une insulte à la France », c’est bien attaquer la personne, et non faire état d’une opinion générale, aussi contestable soit-elle. On remarquera aussi que Zemmour établit une soigneuse hiérarchie entre ses contradicteurs : Natacha ou Gilles-William, dit-il, passe encore. Mais Hapsatou « insulte la France ». Les Russes ou les Américains, on peut admettre. Mais Hapsatou ce prénom Africains « insulte la France » … Zemmour, qui refuse de s’excuser et continue de traiter avec un mépris affiché celle qu’il a attaquée en usant d’une violence verbale inédite.

Au lieu de défendre sa chroniqueuse, Ardisson, importuné dans sa grandeur par la mise en ligne de l’extrait coupé au montage, attaque à son tour Hapsatou Sy. Mardi 18 septembre, l’homme en noir s’est exprimé dans l’émission de Jean-Marc Morandini (oui celui qui a plusieurs plaintes pour pédophilie) sur Cnews. Précisant que Hapsatou Sy n’avait « pas décroché son téléphone de tout le week-end », Thierry Ardisson a confié que cette histoire n’était « pas personnelle ».

« C’est une collaboratrice de mon émission, je n’ai aucune relation personnelle avec elle. Tout le monde l’a appelée, elle ne répond pas. Au contraire, elle s’étale sur Twitter pour faire un bad buzz qui est complètement nul » a commenté l’animateur. Une situation qui provoque son mécontentement : « Elle a un devoir de réserve, un contrat qui précise que tout ce qui se passe est confidentiel, elle à signé ce contrat, et elle se répand sur Twitter… »

« Si elle ne revient pas dans l’émission, elle ne revient pas. Ce qui prouve en plus notre bonne volonté c’est comme elle a pas mal de problèmes d’argent, on lui a avancé six émissions. Voilà ! On est tellement méchants que quand quelqu’un nous dit « J’arrive pas à payer mes impôts », on lui avance six émissions. Je ne connais pas beaucoup de productions qui font ça à Paris » s’est emporté l’animateur.

Nous enregistrons la rare élégance des propos d’Ardisson [Rappelons au passage que C8 la chaine qui diffuse Thierry Ardisson, Salut les Terriens comme Cnews, sont dans le groupe Canal+ de Bolloré, l’homme qui s’est enrichi en spoliant une bonne partie d’état africain, MC]

Ainsi parlent ceux qui ont un portefeuille à la place du cerveau. Au bout du compte, l’insulteur s’en tire avec les honneurs [au moins pour le moment, MC] et le fiel médiatique se répand sur l’insultée. Jolie fable moderne, qui mérite une petite morale : il faut désormais appeler un chat un chat et Zemmour un raciste.

Laurent Joffrin, Libération – Titre éponyme – Source (Extrait)