Étiquettes

Où : « Pauvre, vous étiez et bien restez-y »

Un service public de l’insertion

C’est l’un des deux piliers de la « stratégie nationale » de lutte contre la pauvreté d’Emmanuel Macron : l’insertion par l’activité économique. Le chef de l’État considère que « le retour au travail est le meilleur outil de lutte contre la pauvreté ». Et pour formaliser cette évidence, il a annoncé la création d’un véritable « service public de l’insertion », avec un État qui s’engage aux côtés des « départements, des métropoles » pour mieux accompagner les personnes les plus éloignées de l’emploi.

Et dans le même moment s’empresse de lancer au sujet de trouver un job « Je traverse la rue, je vous en trouve » E. Macron le 15/09/2018

Un revenu universel d’activité

La mesure phare du plan consiste à créer d’ici à 2020 un « revenu universel d’activité » qui fusionnera un « maximum d’aides sociales afin de garantir un seuil minimal de dignité ». Sans préciser quelles aides ni pour quel montant. Ce dispositif ne camoufle « aucune intention de remettre en cause certains droits », a assuré la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn. Qui précise que cette prestation sociale unique, versée sous conditions de ressources, contiendra « au minimum le RSA, les APL et la prime d’activité puisque la philosophie est de faciliter un retour à l’emploi ».

Pour les enfants

La pauvreté des enfants est un des pivots du plan pauvreté. Le chef de l’État a ainsi annoncé la création de 30 000 places de crèche supplémentaires d’ici à la fin du quinquennat, avec une enveloppe de 1,2 milliard d’euros pour aider les communes et mieux former les 600 000 personnels de la petite enfance. Un système de bonus sera appliqué aux structures favorisant la mixité sociale et à celles accueillant des enfants en situation de handicap. 30 000 places sur cinq ans ? Un chiffre qui claque mais modeste au regard des besoins.

Pour les jeunes, on réaménage l’existant

Deux millions de jeunes sont actuellement sans formation ni boulot. Pour eux, Emmanuel Macron prévoit une extension de la garantie jeunes (480 euros versés aux 16-25 ans pendant un an pour aider à un retour à l’emploi) afin qu’elle bénéficie à 100.000 personnes chaque année jusqu’en 2022. Ce qui est déjà le cas…

Surtout, aucun changement de fond de ce dispositif n’est envisagé. Sa durée d’un an, par exemple, freine l’accès aux droits et à des prestations comme le logement. « La garantie ne permet pas à ces jeunes d’être solvables pour un bailleur social, explique Antoine Dulin, vice-président du Conseil économique, social et environnemental (Cese).

Ils peuvent difficilement accéder à un logement social. » Selon lui, le dispositif est accordé trop souvent à la tête du client : « Les missions locales sont payées sur les sorties positives de la garantie, donc un jeune paraissant très éloigné de l’emploi peut ne pas en bénéficier alors qu’il répond aux critères. » D’un autre côté, il faudrait « que les moyens soient donnés aux missions locales » pour que cela ait une chance de fonctionner.

Pour les personnes âgés

Le chef de l’État n’a rien dit concernant les personnes âgées, dont un million sont en situation de pauvreté. « Une personne âgée pauvre sans entourage restera pauvre, sans possibilité de vivre dans des conditions dignes jusqu’au bout de la vie, soulignent les Petites Frères des pauvres. Nous espérons que l’annonce d’une réflexion sur la refonte des minima sociaux (…) pourra être l’occasion de sortir ces personnes d’un minimum vieillesse sous le seuil de pauvreté. » Ce n’est pas garanti.


Et pour la banlieue, ruralité, logements insalubres, hébergements d’urgences … Manquant cruellement dans ce plan, mais c’est vrai qu’il ne coute pratiquement rien sur le budget de la nation … mais déjà trop pour certains. Rappelez-moi le montant des cadeaux aux fortunés !!!!!


D’après diverses sources