Étiquettes

, ,

 […] D’ici à 2020, la chaîne du canal 19 va se dissoudre pour passer au tout-numérique. Objectif : prendre sa part dans les 190 millions d’économies drastiques imposées à l’audiovisuel public jusqu’en 2022. […]

[…] Aujourd’hui, élus, journalistes et artistes ultramarins se dressent contre ce qui est ressenti comme une mise au ban de l’Outre-mer.

Une ligne éditoriale parfois incohérente

A son lancement, France Ô est pourtant vue comme un lien indispensable entre métropole et outre-mer. Pleinement intégrée au groupe France Télévisions en 2005, elle apporte une dimension culturelle et ouvre le public à ces territoires méconnus. Sous la présidence Sarkozy, elle passe sur la TNT et renforce sa visibilité. […]

[…] Sous François Hollande, la chaîne retrouve des couleurs mais les audiences restent faibles. Ce qui pousse l’actuel gouvernement à la supprimer purement et simplement.

Gabriel Serville, député divers gauche de Guyane, s’émeut de ce choix et dénonce ce “mépris” envers les territoires ultramarins. Sur les réseaux, il raconte avoir demandé pendant des années un “recentrage de France Ô sur son corps de métier : promouvoir et créer du lien avec les Outre-mer”. Selon l’élu, comme pour LCP et Public Sénat, “les audiences ne doivent pas être l’objectif n °1”.  […]

Des défenseurs peu mobilisés

Pour sauver la chaîne, des soutiens se font entendre, à l’image du collectif SauvonsFranceÔ. “Il aurait fallu le faire beaucoup plus tôt, peste un salarié. La rédaction aurait pu se bouger avant”. Une autre tempère : […] Ils l’ont annoncé en plein été, ils nous ont pris de court.”

A part les plus concernés, les défenseurs de la chaîne ne sont pas légion. Une pétition a réuni un peu plus de 60 000 signatures en quelques semaines mais stagne depuis. En plus des élus, quelques artistes témoignent leur soutien.

A l’instar du chanteur guadeloupéen Admiral T, qui s’est fendu d’une vidéo où il déplore la perte d’“une vitrine de la culture des Outre-mer, pas très visible dans les médias au niveau national”. […]

[…] Maud Petit, députée du Val-de-Marne (LREM) ayant grandi en Martinique : “Si on supprime la chaîne de l’Outre-mer, pourquoi maintient-on un ministre pour ces territoires ? Pour nous rassurer ? France Ô, c’était aussi un symbole adressé à toute une population pour montrer qu’on s’intéressait à elle.”


Pierre Bafoil – Les Inrocks – Titre original : « France Ô ne sera bientôt plus qu’un souvenir » – Source (Extrait)