Étiquettes

, ,

Lobbyiste forcené des intérêts de la chasse, et parfois des détenteurs d’armes, bien connu dans les couloirs courtisés de l’Assemblée nationale, [a] la gueule tout sourire, des dents aussi blanches que ses cheveux, le tout toujours encadré par un costard soigné (mais sans cravates), Thierry Coste, 63 ans et patron de sa société Lobbying et stratégies, est une figure familière des plateaux des talk-shows, mais peut-être un peu moins du grand public, lui qui se tient généralement éloigné des polémiques.

Pourtant, le chasseur n’est jamais loin, toujours aux aguets du politique qu’il peut amadouer pour défendre la chasse.

En janvier 2017, le candidat Emmanuel Macron déclare « ne pas avoir d’opposition de principe » à la réouverture des chasses présidentielles dans une interview au pureplayer Chassons.com. Deux mois plus tard, le futur président de la République associe Thierry Coste à sa campagne et ce dernier devient son conseiller sur la chasse et la ruralité.

Dans l’émission C Politique, sur France 5, il le décrit comme « quelqu’un dont (il) écoute toujours le conseil, (qui) connaît très bien le monde de la ruralité et de la chasse ». Des bonnes relations évidentes permettant de le retrouver, un certain 15 décembre 2017, à Chambord pour fêter les 40 ans d’Emmanuel Macron. […]

[…] … L’homme est de ces rares figures immuables de l’Assemblée, pourtant toute chamboulée de la vague Macron. « J’aime gagner, confiait l’intéressé au pureplayer Les Jours, dont la profession ne se limite pas aux terrains de la chasse.

J’assume totalement d’aider des régimes dits ‘autoritaires’ « , explique celui qui a défendu la Russie, le Tchad ou la Turquie et se qualifie de « professionnel du renseignement et de la manipulation ».

« Le lobbying à la française est encore trop souvent pratiqué par d’anciens professionnels du monde politique, poursuivait-il aux Jours. Moi, je ne suis pas énarque ni franc-maçon. J’élabore des stratégies et j’assume le rapport de force, quitte à demander parfois la tête de certains conseillers ministériels s’il le faut. J’aime gagner (…). J’utilise les médias. Je suis identifié par le grand public, on peut me craindre. »

Un conseiller sulfureux, aux intérêts bien privés et dont le travail porte ses fruits. […]

Un deuxième conseiller genre barbouze Benalla quoi, il y en a combien comme ça au château ? MC


Valentin Pacaud – Les Inrocks – Titre original : « Qui est Thierry Coste, ce lobbyiste des chasseurs qui a provoqué le départ de Nicolas Hulot ? » – Source (extrait)